Galerie

Intercommunalité en Livradois-Forez : la résistance se met à l’eau.


Les choses n’ont pas traîné : à peine publiée la proposition de schéma départemental de cohérence intercommunale que la communauté de communes du Pays d’Arlanc cherche à se replier dans sa tranchée :

Il existe sur le canton d’Arlanc 4 organismes en charge de la distribution de l’eau potable, qui assurent également la distribution sur tout ou partie de communes voisines comme Marsac-en-Livradois.

Le 25 mars a eu lieu une réunion à la communauté de communes d’Arlanc (le compte-rendu de la réunion est joint à cet article) pour rendre possible la gestion de l’eau en tant que compétence intercommunale de la communauté de communes du Pays d’Arlanc.

compte-rendu réunion du 25 mars sur la gestion de l’eau

Si l’intention est louable a priori : garder la mainmise sur la gestion de l’eau, le moment choisi, et l’urgence à réaliser cette action est pour le moins surprenante : en aucun cas les syndicats concernés, le SIAEP du Haut-Livradois et le SIAEP de Chaumont-Beurrières ne sont menacés par la réforme, comme cela a été confirmé jeudi et comme tend à le faire-croire le compte-rendu de la réunion. C’est tout juste si la communauté de communes ne vient pas aider l’Etat dans sa réforme…

En outre, le rapprochement à venir des 4 communes de la vallée de la Dore montre clairement qu’il n’y a aucun intérêt à mutualiser les compétences en la matière : la gestion des eaux est soit directe (Marsac par exemple) soit affermée (Ambert, Grandrif…) soit mutualisée au sein d’un syndicat et ce n’est vraiment pas la priorité.

Commençons par nous mettre autour de la table dans la vallée plutôt que de chercher à congeler le « mille-feuille » : il serait indigeste.

2 réponses à “Intercommunalité en Livradois-Forez : la résistance se met à l’eau.

  1. Puis-je rappeler que lorsqu’on a été invité à se regrouper au sein d’un « PAYS »
    les plus difficiles a convaincre ont été Mrs DAURAT et FOURNET FAYARD. Ils ont mené un « combat d’arrière garde », ils ont trainé la patte, ils ont tout fait pour rendre la chose impossible. Ils n’y sont pas parvenus, mais ils ont largement retardé l’organisation d’un « PAYS » pourtant voulu ou souhaité par des hommes politiques dits « de gauche ».
    Ils auront le même comportement, plus conservateur qu’eux « tu meures ».

  2. Certes les syndicats de gestion de l’eau ne sont pas concernés par cette réforme mais il ne faut pas se leurrer ; l’Etat ne veut pas diminuer que le seul nombre de communautés de communes mais, au-delà, il veut faire une hécatombe de tous les organismes publics, syndicats intercommunaux compris (avant de s’occuper à nos 36000 communes).

    La vraie question de l’intercommunalité ce n’est pas « avec qui allons nous ? » mais bien « que voulons nous faire ensemble ? ».
    Avant se s’unir le mieux serait d’avoir déjà un projet de vie commune. Pour l’instant, bien souvent cela s’est limité à peu de choses.

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.