Galerie

Le projet de santé Thiers-Ambert : un débat public organisé le 23 mai


A l’invitation de la conférence régionale de santé et l’autonomie (présidée par le professeur Michel DOLY) et de la conférence de santé du territoire du Puy-de-Dôme (présidée par le Docteur Emmanuelle AMBLARD-MANHES) est organisé un débat public à Saint-Gervais sous Meymont le lundi 23mai à 19 h

Ce débat aura lieu en présence de François Dumuis, Directeur général de l’ARS d’Auvergne et de ses équipes.

Les questions portées au débat public sont les suivantes :

  • Comment évoluent les besoins de santé de la population des bassins d’Ambert et de Thiers ?
  • Quelles sont les réponses apportées par les deux centres hospitaliers et autres acteurs de santé ?
  • Quels projets de santé pour l’avenir des deux bassins ?

Quelques observations par rapport à cette invitation :

1°) Cette « invitation » ne m’est pas parvenue en tant qu’élu, pas plus à la mairie qu’à la communauté de communes ; qui a été invité ? Où est paru cette invitation ? Pas sur le site d’André Chassaigne dont les dernières contributions en date du 17 mai parlent du gaz de schiste et de Fukishima. Pas non plus sur son blog dans le dernier post en date du 28 avril 2011 parle du régime des mineurs ? Pas non plus sur le site de l’ARS Auvergne dans ses actualités

Rectificatif : il faut reconnaître ses erreurs  : l’invitation est arrivée par mail à la communauté de communes le jeudi 19 mai : je vous donne le lien qui contient les documents qui seront présentés : http://www.ars-auvergne.fr/thiers-ambert

2°) Les petites lignes en dessous de l’invitation précisent : « Les personnes désirant poser des questions peuvent le faire à l’adresse  » suivante : ars-auvergne-strategie-regionale-sante@ars.sante.fr ; l’ARS pense-t-elle que les personnes présentes, dont j’espère qu’elles seront les plus nombreuses possibles vont écouter sagement ce qu’on va leur asséner de certitudes pour leur expliquer qu’on les étrangle pour leur bien ?

Pour ma part je viens de poser trois questions à cette adresse :

  • 1°) qui est invité à ce débat et quelle publicité en a été faite ?
  • Dans un souci de transparence est-il possible de mettre à disposition du public toutes les données budgétaires par service (fonctionnement, investissements…) concernant les hôpitaux de Thiers et d’Ambert en distinguant ce qui concerne plus particulièrement Ambert ? Ceci permettrait de mieux percevoir leur rôle dans « les réponses apportées par les deux centres hospitaliers »
  • 3°) Pouvez-vous assurer que tous les moyens sont mis en oeuvre pour pourvoir dans les meilleurs délais les postes vacants ? Quels sont ces moyens ?

Affaire à suivre, nous seronts présents avec beaucoup d’autres comme en atteste l’appel fait sur ce site à l’instant par le professeur Abdo : https://ambertaucentre.org/2011/05/13/hopital-dambert-votre-avis/#comment-151

Ambert au centre invite les habitants de l’arrondissement d’Ambert à manifester par leur présence nombreuse l’intérêt vital qu’il porte au maintien et au développement d’un réseau de santé performant et adapté à ce territoire. Nous espérons également la tenue d’un véritable débat qui ne soit pas manipulé par les uns et empêché par les autres.

2 réponses à “Le projet de santé Thiers-Ambert : un débat public organisé le 23 mai

  1. La fermeture des hôpitaux de type « petite structure » est un choix politique de société où l’argument comptable de « déficit » est une fausse excuse.
    Je m’explique :
    Un hôpital du « fin fond » de la Bretagne voit arriver un nouvel administrateur. Un jour, il annonce quel es difficultés financières sont tellement insoutenable qu’il faut fermer boutique et recycler la structure en EPAD (ou quelque chose de similaire).
    Devant la grosse colère des populations et de son maire, des solutions alternatives sont envisagées tout en organisant des grèves, manifestations et autres. Au détour de recherche, le personnel médical s’aperçoit que cet administrateur traine une réputation de « liquidateur » : partout où il passe, les structures ferment …
    Finalement, à force d’acharnement, la structure hospitalière reste active, rattachée à l’hôpital de Brest …lui-même fortement déficitaire (merci la T2a) mais dont la fermeture n’est pas encore à l’ordre du jour …

  2. Rappel : Manifestation est prévue samedi 28 mai 2011 à 10 heures, au Rond-point de l’hôpital d’Ambert.

    Sur la réunion du débat public du 23 mai 2011 à Saint Gervais sous Meymont :

    [passage retiré le 7 juin 2011 à la demande du Docteur DELORME], je mets à la connaissance du public des faits qui se déroulent à l’hôpital d’Ambert et qui montrent comment on démantèle un service de chirurgie de proximité de façon sournoise et injuste :

    1- En trois ans d’étouffement administratif progressif du service de chirurgie, le Dr ABDO seul chirurgien à temps plein à Ambert n’a pas été consulté et a été écarté de toute décision et de toutes les instances décisionnelles de l’Etablissement.

    2- La tarification T2A sous cotée a été inventée pour avoir des bilans financiers déficitaires dans les hôpitaux de proximité et les utiliser pour justifier des fermetures de services.

    3- Le subordination des secours sur route et chez l’habitant du bassin d’Ambert au Centre 15 a fait perdre beaucoup de patients au service de chirurgie en les dirigeants ailleurs directement alors qu’il y a des possibilités de les soigner à Ambert.

    4- Le harcèlement des chirurgiens et anesthésistes réanimateurs, qui étaient à temps plein à Ambert, les a fait partir et la direction n’a pas voulu les remplacer.

    5- Les chirurgiens et gynécologues de Thiers venaient de moins en moins pour consulter à Ambert, et ils ont arrêté d’opérer à Ambert.

    6- Les anesthésistes de Thiers ont réduit progressivement leurs présences à Ambert jusqu’à seulement trois matinées d’anesthésie générale pour la chirurgie au mois de mai 2011. Ils ont contribué à baisser l’activité de chirurgie à Ambert en empêchant le chirurgien d’opérer.

    7- Le Groupement de Coopération Sanitaire porte mal son nom car il a fonctionné comme un pouvoir pour démanteler le service de chirurgie à Ambert. Les responsables à Thiers sont devenus les décideurs de l’avenir du service de chirurgie à Ambert.

    8- Les fausses statistiques de l’activité du service de chirurgie et du bloc opératoire ont été provoquées par des décisions administratives d’étouffement de l’activité du chirurgien, en vue de présenter la baisse d’activité comme argument pour la fermeture.

    9- L’administration fait pression sur le personnel médical et paramédical de chirurgie et du bloc opératoire pour aller travailler ailleurs et en même temps on raconte dans les médias qu’il y a pénurie de personnel médical et paramédical.

    10- La médiatisation de l’absence d’avenir pour le service de chirurgie à Ambert depuis trois ans a fait fuir les patients vers d’autres établissements.

    11- La moitié des patients hospitalisés après passage au service des Urgences sont des patients chirurgicaux mais qui sont gardés sous l’étiquette ‘Unité d’Hospitalisation de Courte Durée (UHCD)’, [passage retiré le 7 juin 2011 à la demande du Docteur DELORME], diminuer les statistiques du service de chirurgie. Le but de l’administration est de chercher à justifier la fermeture du service de chirurgie et de justifier le maintien de la double ligne de garde sur place des médecins des urgences et du Smur. Ces manœuvres créent des risques pour les patients qui ne sont pas suivis par le chirurgien. Le Smur est déficitaire d’au moins 400 000 euros par an, et constitue un triple emploi avec les pompiers de la ville, les ambulanciers et les médecins de la ville. Une seule ligne de garde sur place est suffisante pour les urgences et le Smur, si les chirurgiens et médecins acceptent d’avoir des astreintes couvrant des besoins supplémentaires aux urgences.

    12- Avec 25000 habitants dans le bassin d’Ambert, il y a suffisamment de travail pour deux chirurgiens à temps plein à Ambert, s’il n’y avait pas une politique d’étouffement de la clientèle.

    13- En cas d’urgence vitale chirurgicale, un patient du bassin d’Ambert ne peut pas arriver à un autre centre chirurgical qu’après au moins deux heures sur les routes malgré la prétention de l’existence d’un hélicoptère ou Smur ou Samu.

    14- La fermeture du bloc opératoire la nuit et week-ends depuis un an et maintenant la fermeture quatre jours par semaine ne peut pas permettre de poursuivre le fonctionnement d’un service de chirurgie.

    15- L’absence d’astreintes opérationnelles du chirurgien à Ambert empêche les patients de bénéficier d’avis chirurgical compétent en temps utile pour éviter des complications dans des situations chirurgicales urgentes.[passage retiré le 7 juin 2011 à la demande du Docteur DELORME],

    16- Le remplissage du service de chirurgie par des patients convalescents et l’empêchement du chirurgien d’avoir des possibilités d’opérer à Ambert sont une manière déguisée de fermeture du service avant toute décision officielle.

    Après trois heures de débat, M. François DUMUIS, directeur de l’Agence Régionale de Santé d’Auvergne, n’a rien dit au sujet du devenir du service de chirurgie et du bloc opératoire à Ambert. Les responsables de l’ARS ont utilisé les statistiques qui ne reflètent pas la réalité des besoins de la population du Bassin d’Ambert.

    Dr ABDO

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.