Débat sur la santé (2) : l’activité chirurgical des 2 établissements.


Nous continuons sur la présentation du Docteur Aublet-Cuvelier à l’occasion du débat public du 23 mai, comme nous vous l’avions promis : voici cette fois-ci l’activité chirurgical des deux établissements pour 2009.

Comme déjà dit, les chiffres sont ici pour lancer le questionnement et le débat, ils sont une introduction et non une fin : Ambert au centre donne la priorité aux hommes et aux femmes, ici aux patients avant les statistiques et les schémas directeurs.

Questions  :

  1. – Pas de Thiernois qui se fait opérer à Ambert ?
  2. – Pourquoi un tel transfert pour le digestif d’Ambert vers Thiers, ce qu’on n’observe pas en ortho ou en uro ?

Une réponse à “Débat sur la santé (2) : l’activité chirurgical des 2 établissements.

  1. Ce serait des statistiques de 2009.

    En 2010 et 2011, les choses sont beaucoup plus grave, car les manoeuvres d’étouffement du service ont été mises en place.

    Les statistiques ne doivent pas être exploitées pour fermer un service de chirurgie de proximité dans un bassin de poulation enclavée de 30000 habitants. Ceci est vrai surtout à cause des tricheries pour créer des mauvaises statistiques. Les éléments véritables suivants doivent être pris en compte:

    Sur la réunion du débat public du 23 mai 2011 à Saint Gervais sous Meymont :‎

    Face à la désinformation qui a continué à la réunion du débat public du 23 mai 2011 à Saint ‎Gervais sous Meymont, par les [passage retiré le 7 juin 2011 à la demande du Docteur DELORME], je mets à la connaissance du ‎public des faits qui se déroulent à l’hôpital d’Ambert et qui montrent comment on démantèle ‎un service de chirurgie de proximité de façon sournoise et injuste :‎
    ‎1- En trois ans d’étouffement administratif progressif du service de chirurgie, le Dr ABDO ‎seul chirurgien à temps plein à Ambert n’a pas été consulté et a été écarté de toute décision et ‎de toutes les instances décisionnelles de l’Etablissement.‎
    ‎2- La tarification T2A sous cotée a été inventée pour avoir des bilans financiers déficitaires ‎dans les hôpitaux de proximité et les utiliser pour justifier des fermetures de services.‎
    ‎3- Le subordination des secours sur route et chez l’habitant du bassin d’Ambert au Centre 15 ‎a fait perdre beaucoup de patients au service de chirurgie en les dirigeants ailleurs directement ‎alors qu’il y a des possibilités de les soigner à Ambert.‎
    ‎4- Le harcèlement des chirurgiens et anesthésistes réanimateurs, qui étaient à temps plein à ‎Ambert, les a fait partir et la direction n’a pas voulu les remplacer.‎
    ‎5- Les chirurgiens et gynécologues de Thiers venaient de moins en moins pour consulter à ‎Ambert, et ils ont arrêté d’opérer à Ambert.‎
    ‎6- Les anesthésistes de Thiers ont réduit progressivement leurs présences à Ambert jusqu’à ‎seulement trois matinées d’anesthésie générale pour la chirurgie au mois de mai 2011. Ils ont ‎contribué à baisser l’activité de chirurgie à Ambert en empêchant le chirurgien d’opérer.‎
    ‎7- Le Groupement de Coopération Sanitaire porte mal son nom car il a fonctionné comme un ‎pouvoir pour démanteler le service de chirurgie à Ambert. Les responsables à Thiers sont ‎devenus les décideurs de l’avenir du service de chirurgie à Ambert.‎
    ‎8- Les fausses statistiques de l’activité du service de chirurgie et du bloc opératoire ont été ‎provoquées par des décisions administratives d’étouffement de l’activité du chirurgien, en vue ‎de présenter la baisse d’activité comme argument pour la fermeture. ‎
    ‎9- L’administration fait pression sur le personnel médical et paramédical de chirurgie et du ‎bloc opératoire pour aller travailler ailleurs et en même temps on raconte dans les médias qu’il ‎y a pénurie de personnel médical et paramédical.‎
    ‎10- La médiatisation de l’absence d’avenir pour le service de chirurgie à Ambert depuis trois ‎ans a fait fuir les patients vers d’autres établissements.‎
    ‎11- La moitié des patients hospitalisés après passage au service des Urgences sont des patients ‎chirurgicaux mais qui sont gardés sous l’étiquette ‘Unité d’Hospitalisation de Courte Durée ‎‎(UHCD)’, [passage retiré le 7 juin 2011 à la demande du Docteur DELORME], diminuer les statistiques du service de chirurgie. Le but de ‎l’administration est de chercher à justifier la fermeture du service de chirurgie et de justifier le ‎maintien de la double ligne de garde sur place des médecins des urgences et du Smur. Ces ‎manœuvres créent des risques pour les patients qui ne sont pas suivis par le chirurgien. Le ‎Smur est déficitaire d’au moins 400 000 euros par an, et constitue un triple emploi avec les ‎pompiers de la ville, les ambulanciers et les médecins de la ville. Une seule ligne de garde sur ‎place est suffisante pour les urgences et le Smur, si les chirurgiens et médecins acceptent ‎d’avoir des astreintes couvrant des besoins supplémentaires aux urgences.‎
    ‎12- Avec 25000 habitants dans le bassin d’Ambert, il y a suffisamment de travail pour deux ‎chirurgiens à temps plein à Ambert, s’il n’y avait pas une politique d’étouffement de la ‎clientèle.‎
    ‎13- En cas d’urgence vitale chirurgicale, un patient du bassin d’Ambert ne peut pas arriver à ‎un autre centre chirurgical qu’après au moins deux heures sur les routes malgré la prétention ‎de l’existence d’un hélicoptère ou Smur ou Samu.‎
    ‎14- La fermeture du bloc opératoire la nuit et week-ends depuis un an et maintenant la ‎fermeture quatre jours par semaine ne peut pas permettre de poursuivre le fonctionnement ‎d’un service de chirurgie.‎
    ‎15- L’absence d’astreintes opérationnelles du chirurgien à Ambert empêche les patients de ‎bénéficier d’avis chirurgical compétent en temps utile pour éviter des complications dans des ‎situations chirurgicales urgentes. [passage retiré le 7 juin 2011 à la demande du Docteur DELORME],
    ‎16- Le remplissage du service de chirurgie par des patients convalescents et l’empêchement ‎du chirurgien d’avoir des possibilités d’opérer à Ambert sont une manière déguisée de ‎fermeture du service avant toute décision officielle.‎
    Après trois heures de débat, M. François DUMUIS, directeur de l’Agence Régionale de Santé ‎d’Auvergne, n’a rien dit au sujet du devenir du service de chirurgie et du bloc opératoire à ‎Ambert. Les responsables de l’ARS ont utilisé les statistiques qui ne reflètent pas la réalité ‎des besoins de la population du Bassin d’Ambert.‎
    ..
    Rappel : Manifestation est prévue samedi 28 mai 2011 à 10 heures, au Rond-point de ‎l’hôpital d’Ambert pour défendre le service de chirurgie.
    Dr ABDO‎

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.