Galerie

Carrière de Tonvic : quand Jean-Claude Daurat juge les élus de Chaumont-le-Bourg et de Marsac-en-Livradois


Le rapport de l’inspection des installations classées pour présenter le dossier de la carrière de Tonvic lors de la réunion du 17 novembre mérite le détour. Nous aurons l’occasion d’y revenir ici et ailleurs, car trop de points suscitent l’interrogation.

Après l’identification du pétitionnaire et du site d’exploitation, la motivation et la recevabilité de la demande, la présentation du projet, les principaux impacts et les mesures de réduction et l’enquête publique, est présentée l’enquête administrative : celle-ci contient les avis des différents services, on notera que le Conseil général du Puy de Dôme a émis un avis favorable sous réserve (imposer un enrôbé sur 50m de chemin, assurer une collecte d’eau pluviale, ajouter une signalisation et « signaler qu’une activité de stockage de déchets inertes est également prévue (matériaux de démolition du BTP) qui devrait augmenter les nuisances et le trafic routier. » Quant à l’avis des communes, 4 ont donné un avis défavorable (Chaumont, Saint Just, Saint Martin des Olmes et Baffie) : seule Arlanc a émis un avis favorable.

Le rapport oublie simplement Marsac ; je joins la délibération télétransmise à la préfecture en temps et en heure… le lecteur jugera. Délibération enquête publique carrière de Tonvic

Par contre, les avis des conseillers généraux d’Arlanc, de Saint Anthème et du Président de la communauté de communes de la Vallée de l’Ance arrivés hors délai de procédure, comme indiqué sur le rapport, témoignent de la haute estime portée quant à l’avis des élus locaux :

Courrier de Jean-Claude Daurat à M. le Préfet, en date du 27 septembre 2011 : « […]

– La position prise par les communes riveraines durant l’enquête publique est surprenante et manque surtout de cohérence. […]

– Les griefs et inquiétudes des riverains ne me paraissent pas fondés mais relèvent d’une position de principe contestable ; l’activité de production n’occasionnera pas de dérangements plus conséquents que celui généré par l’activité agricole ou forestière que tout le monde admet sans remise en cause.

En conclusion, je sollicite l’examen attentif de cette demande afin qu’une suite favorable lui soit accordée »

Alain Faure a a écrit le 13 octobre, et Michel Bravard le 12 octobre ; ils expliquent qu’ils sont favorables parce qu’il n’y a pas de carrières de ce type dans la vallée de l’Ance…

Ces élus sont libres de leur opinion, quelle qu’elle soit, et ils l’assument ; après tout, on peut penser qu’une carrière fait moins de bruit qu’un tracteur, ou qu’il y a des saumons dans la Dore à Dore l’Eglise… Par contre, le mépris et la condescendance affichée par rapport aux autres élus – ou à tout autre citoyen qui débat – sont des fautes qui se paient lourdement en politique.

On pouvait espérer avoir l’avis de Jacquie Douarre, visiblement il a du oublier d’envoyer le courrier… Merci Jacquie !

Suit l’analyse de l’inspection des installations classées…

Je pense que les élus incohérents de Marsac et de Chaumont sauront trouver les mots pour dire ce qu’ils pensent du mépris de Jean-Claude Daurat, lequel fait un autre cas de l’avis des élus locaux lorsqu’il s’agit d’intercommunalité ; mais vous me direz que je mélange des élus qui défendent l’intérêt général et des élus incohérents et bornés, et vous aurez certainement raison. Pour moi, c’est clair, la ligne rouge est franchie.

Je laisse à l’appréciation du lecteur ces quelques lignes que je signe – et c’est la première fois sur ce blog – car elles engagent ma responsabilité personnelle en tant que citoyen et j’entends l’assumer pleinement et publiquement, pas en douce et par derrière…

Je suis prêt à parier que Jean-Claude Daurat, dont je sais qu’il est informé – en douce, discrètement, presque honteusement – de ce qui est écrit sur le blog,  prendra la peine de commenter cet article qui le met publiquement en cause.

Quant à vous, si vous approuvez cet article, cliquez sur les petites étoiles qui se trouvent sous le titre ; la première montre peu d’intérêt, cliquer sur la 5ème à droite montre clairement votre soutien.

Michel SAUVADE – citoyen de Marsac-en-Livradois.

5 réponses à “Carrière de Tonvic : quand Jean-Claude Daurat juge les élus de Chaumont-le-Bourg et de Marsac-en-Livradois

  1. Mais quel est le probléme ? Peut on avoir au moins l énoncé ? Lamentable cette bataille . Il y a en France d autres sujets plus sérieux.. En tant qu Ingenieur Spécialiste Génie Civil ancien Chef de Service de la plus importante societe d ingénierie française SOFRESID et Auvergnat Je demande a pouvoir m exprimer. faut il encore avoir accés au probléme qui se pose ??
    A BETHE 11 ave Henri Barbusse 92220 BAGNEUX
    et Maison Chaussat place de la Mairie – l été

    .

  2. Des camions (semi remorques = + 40 tonnes) passeront donc par Chadernolles, quid de la solidité du pont déjà fragilisé par l’inondation de juillet 2004 et août 2009 ? Il en passe déjà beaucoup trop !

  3. non a une carriere a 200 m des riverains le c municipal de chaumont a vote contre a l unanimitee le c m de marsac idem moins une abstention st just et baffie aussi a cela rajoutons un avis defavorable du commissaire enqueteur plus une petition de 900 signataires contre ce projet 4 carrieres existantes dans un rayon de 20 kms utilisees a 25% de leur potentiel

  4. Pingback: Jean-Claude Daurat s’énerve… | Ambert au Centre – le site de ceux qui s'engagent vraiment

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.