Sondage en ligne : que ferez-vous le 6 mai 2012 ?


Ce sondage ne vaut que ce que valent les sondages… vous ne pouvez voter d’un même ordinateur qu’une fois toutes les 24 heures, mais il n’y a pas d’autres contraintes ou contrôles particuliers.

Sondage fermé conformément au code électoral

4 réponses à “Sondage en ligne : que ferez-vous le 6 mai 2012 ?

  1. Jean-Marie HERNANDEZ

    François BAYROU votera pour François HOLLANDE, c’est une preuve d’intelligence et de courage, il fait certainement partie de « ceux qui s’engagent vraiment » comme vous dites dans votre blog…
    Michel SAUVADE, en tant que socialiste, dois-je vous donner du « bonjour camarade » la prochaine fois que l’on se verra ?

    • J’arrive à l’instant du conseil national du MoDem… Désolé, mais personnellement, comme bon nombre de membres du MoDem, et comme je l’ai déjà écrit (http://sauvade.lesdemocrates.fr) je voterai blanc dimanche.
      Si on peut saluer le courage de cette décision personnelle de François Bayrou, qui n’a rien à gagner dans cette affaire, bien au contraire, je pense que le discours de Toulouse prononcé par Sarkozy a été la ligne qu’il ne fallait pas franchir de son point de vue.
      Ceci donne à François Hollande une responsabilité supplémentaire dans la politique qu’il devra nécessairement mettre en place face à la situation plus que difficile qui est la nôtre.

  2. Jean-Marie HERNANDEZ

    Le vote blanc : une position que je respecte en toute sincérité, parce que chacun est libre et que j’ai toujours placé la tolérance au dessus de tout dans mes engagements politiques. Cependant, ce qui nous différencie de vous, nous les socialistes, c’est que nous accordons une importance capitale à la fameuse « discipline républicaine ». Certes, elle est difficile à appliquer quand les ambitions personnelles sont plus fortes que le reste et surtout parce que lorsqu’on en parle, c’est qu’on a perdu, mais c’est une règle chez nous. Et du reste, en 2002, lorsqu’il a fallu choisir entre un candidat de l’UMP et un autre de l’Extrême droite, notre choix a été clair et sans hésiter j’ai moi-même voté pour Jacques CHIRAC. Je pense, pour ma part (mais je peux me tromper) que le vote blanc n’est pas admissible quand on est un homme politique, parce que la politique, c’est aussi et surtout faire des choix…
    François BAYROU, en tant qu’homme politique, se devait de faire un choix, ce n’est pas choquant et en tant qu’homme publique, il l’a fait connaitre, et la liberté de ses électeurs reste intacte…

  3. Michel, j’avoue ne pas comprendre votre position.
    Je ne vous demande pas de suivre aveuglement le patron du MoDem : je
    Je reviens du lien que vous indiquez et les arguments que vous avancez ne me paraissent discutables.
    Je me permets de reprendre votre argumentaire et de l’annoter :
    « Parce que devant un tel spectacle je ne supporte plus l’artifice, la retouche d’image, la communication détournée et le trompe l’oeil… »
    Certes, cette pratique est partagée par l’ensemble des candidats : il faut que « la mariée soit belle », en quelque sorte. La campagne fonctionnerait sur « l’envie » et non sur « le programme » … surtout dans l’équipe des « bleus horizon ».
    « Parce qu’il faut pouvoir voter par envie et non plus par défaut… »
    A l’envie, j’aurai préféré la conviction, le programme et les idées.
    « Parce que le mensonge est encore plus inadmissible en politique qu’ailleurs… »
    Le mensonge, le novlangue, nous l’avons depuis 5 ans. C’est avéré.
    « Parce que la seule ambition acceptable en politique est celle qui est animée par l’intérêt commun… »
    Belle utopie, au regard de la pratique dans les fédérations, sections et autres cellules. Les élus sont un peu comme les papillons, ils aiment la lumière et ressentent très mal la concurrence interne, surtout féminine, surtout sur les capacités intellectuelles … Vous connaissez la blague « quel est le mot féminin de candidat : suppléante. »
    « Parce que nous, citoyens Français, nous méritons mieux que la façon dont on nous maltraîte… »
    Sans doute, encore faut-il en avoir conscience. Expliquez-moi le vote massif pour le FN dans des régions dépourvues d’étrangers, de zone économique sinistrée, avec des électeurs naturalisés …
    « Parce qu’on ne peut pas faire semblant d’ignorer la situation de la France aujourd’hui…. »
    Discutez avec diverses personnes, bien portantes ou non, à l’aise ou non et vous constaterez que les mêmes mots n’ont pas le même sens, frisant le contresens flagrant, dictionnaire en main.
    « Parce que demain nous aurons besoin de répondre présents lorsque l’urgence l’exigera… »
    L’urgence existe depuis 2008 avec la crise des subprimes, et l’éclatement des autres bulles, précédemment. L’urgence est à la re-réglementation des pratiques économiques, principalement financières. Nous qui vivons dans des pays économiquement « leaders » , le temps que tout s’écroule, il faut compter avec une certaine inertie pour que tout le monde trouve à y perdre … avant de réagir, dans la douleur et les larmes.
    « Parce qu’il faudra se rassembler et que la réponse n’est pas dans les extrêmes… »
    Alors, envisageons le vote Républicain. Si l’UMP parle comme le FN et met en place des lois qui s’en inspire, il y aurait complicité. Faut-il envisager le 6 mai comme un certain 22 avril, à l’envers ? Je vois mal un rassemblement de gens qui n’ont pas voté pour un nom, sur un projet, avoir la capacité au regroupement des énergies.
    « Parce que nous devons continuer à dire la vérité aujourd’hui… »
    Quelle vérité ? Tout le monde voit midi à sa porte ! Comment faire comprendre à des gens que le monde, ouvert, mondialisé est complexe. Que le monde financier se comporte comme les féodaux du temps jadis (pillage organisé), que les fonds de pension actionnaires sont contraires en prote-à-faux avec l’objet social de toute entreprise et ont des exigence à l’opposé du comportement de « bon actionnaire » … Personnellement, je pratique l’illustration par l’exemple mais quand les gens comprennent sur le coup, une fois rentré chez eux, les vieux réflexes remontent … C’est l’effet de la dissonance cognitive.
    « Parce que nous aurons raison demain… tous unis. »
    Ce soir, quels que soient les résultats, que je suppose très serrés, la France sera coupée en deux. En 2002, les électeurs se sont précipités pour ne pas avoir le FN, en 2007, ils ont voulu croire à des promesses populistes, en 2012, chaque camp va compter ses troupes, en vue des législatives, avec le redécoupage territorial que l’on sait …
    Voter blanc, c’est remettre son sort entre les mains d’autres électeurs qui peuvent avoir des ambitions et des analyses aux antipodes du bien commun.

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.