Galerie

Diagnostic social de territoire : le Conseil général fait le bilan.


Réunion ce lundi à Ambert pour présenter le diagnostic social de territoire : le président du Conseil général Jean-Yves Gouttebel, la vice-présidente en charge du dossier Mireille Lacombe sont venus présenter la circonscription et la situation sociale du territoire devant une salle pleine, même si la chaise du maire d’Ambert est restée vide à la tribune.

Ce poste qui mobilise 65 % du budget de fonctionnement du Conseil général est en enjeu d’autant plus important que la situation actuelle entraîne un développement important des aides nécessaires.

Les spécificités de l’arrondissement d’Ambert ont été rappelées : population vieillissante (1/3 de plus de 60 ans), accessibilité faible aux équipements, chômage plutôt inférieur à la moyenne départementale (7,8 % contre 8,6 %), parc de logements anciens et vétuste, revenu des ménages faible (22,3 % des foyers en dessous du seuil de pauvreté).

L’organigramme de la circonscription (une vingtaine de professionnels) a été rappelé (mais sans présenter les personnels présents ni les nommer pour le moins…).

Le diagnostic social fait émerger quelques lignes de forces, souligné par le responsable de circonscription intérimaire :

  • Enfance et famille :

– précarité des familles, avec un nombre important de familles monoparentales (7%) en situation de fragilité sociale, affective et financière.

– manque évident de professionnels de la pédiatrie sur l’arrondissement d’où augmentation des consultations de nourrissons à la circonscription. Un bilan santé systématique est mis en place dans les classes maternelles : 244 enfants vus en 2010.

Des parents en difficulté : les signalements font ressortir 71 % de problèmes de carences éductives. Des lieux d’échanges avec les parents sont développés.

Les adolescents ne sont pas épargnés, le besoin de prévention est souligné face aux addictions.

Le directeur-adjoint des services, Philippe Bernaz, souligne que l’arrondissement mobilise proportionnellement plus de besoins que d’autres secteurs du département.

S’ensuit un débat avec notamment Miuchel Dajoux pour le SIVOM, Annie Gioux pour la communauté de communes du pays d’Ambert et le sous-préfet Eric Vrignaud. Tous soulignent la mutualisation et les moyens.

  • Précarité financière

Plus marquée que dans d’autres secteurs : les demandes d’aide financières sont importantes : alimentation, logement, finance, énergie… La maison de l’alimentation vient compléter l’action des associations caritatives locales.

  • Logement

Une faiblesse des logements sociaux et un parc privé de faible confort loué à des personnes en précarité, parfois à des loyers manifestement exégérés.

J’ai souligné le besoin spécifique pour les jeunes qui entrent dans la vie active et disposent d’un emploi, au moins à durée déterminée, voire un stage sur le secteur de se loger ; il arrive que ces jeunes soient obliger de refuser ces emplois faute de logement. Mireille Lacombre souligne l’importance que l’information remonte à l’exécutif du Conseil général via les conseillers généraux locaux.

  • Santé

L’accès au soin est difficile, notamment dans le domaine de la santé mentale et des addictologies. Le développement de la prévention est souligné comme indispensable. Des actions sont en cours à l’échelle du Pays de la Vallée de la Dore dans le cadre du premier contrat Local de Santé d’Auvergne. Mireille Lacombe souligne la nécessité de soutenir l’action des associations locales. On ne peut que saluer le travail remarquable qui est fait, c’est certain et à souligner.

  • Gérontologie

1033 bénéficiaires de l’APA en 2012 sur l’arrondissement, dont 600 qui demeurent à domicile. Les actions sont nombreuses, en particulier autour du CLIC.

  • Insertion

L’offre est assez importante et étoffée. 671 personnes touchent le RSA sur l’arrondissement, pour 18 955 sur l’ensemble du département. L’association Detours encadre 5 chantiers d’insertion. Le relais-santé va voir ses plages d’ouverture élargies de 2 à 5 demi-journées par semaine.

Par ailleurs l’association Coup de main et coup de main interim accompagnent jusqu’à l’emploi durable dans la mesure du possible. Des efforts conjoints vont être conduits conjointement entre le Conseil général et le Conseil régional. Une évaluation de la politique conduite est en cours pour dessiner les contours de la future politique.

En conclusion Mireille Lacombe sollicite les deux seuls conseillers généraux présents (sur 7 ! ) : Jacquie Douarre confirme que le secteur conduit un certain nombres d’actions innovantes, Yves Fournet-Fayard que les communautés de communes ont un rôle important de proximité (il a du croire que c’était une réunion sur l’intercommunalité : c’est bon Yves, tu gardes « ta » communauté de communes, pour le moment…)

Donc, un fond intéressant et riche (6 pages de notes à l’ordinateur pour moi…) ; ce type d’exercice est intéressant et on peut saluer l’engagement de la vice-présidente sur le sujet. Un bon support de réflexion pour des élus et de futurs élus dans un domaine à la fois difficile et essentiel. Ambert au centre compte dans ses rangs des engagés dans ce secteur : ils sauront orienter notre réflexion dans les mois à venir.

Une réponse à “Diagnostic social de territoire : le Conseil général fait le bilan.

  1. Pingback: La vice-présidente du Conseil général me prend pour le maire d’Ambert ! | Ambert au Centre – le site de ceux qui s'engagent vraiment

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.