Galerie

Mairie d’Ambert : amateurs ou professionnels ?


dca.jpgA peine remise de la valse-hésitation sur les dérogations scolaires (https://ambertaucentre.org/2013/09/07/mairie-dambert-de-la-girouette-au-ventilateur/), la mairie d’Ambert a frappé à nouveau.

A l’occasion de la journée consacrée aux associations le maire d’Ambert a salué, entre autres champions ambertois, le brillant résultat de Jean-Michel SERRE – quand même vice-champion du monde ! (https://ambertaucentre.org/2013/08/19/auvergne-terre-de-champion-bravo-jean-michel-serre/) –  en tant qu’adhérent du Club ULM Livra dois-Forez (http://aeroclub-ambert.fr/ulm/) et donc félicité le club.

Rien de bien grave a priori – tout le monde peut se tromper – sauf que Jean-Michel SERRE  est tout sauf l’adhérent amateur de ce club : c’est un professionnel, patron de l’entreprise « Libre à toi ULM » (http://www.libre-a-toi-ulm.com/entree.htm), voisine du club sur l’aérodrome du Poyet !

libreatoi

Un peu interloqué celui-ci a essayé de l’expliquer et à fait bonne figure, en bon professionnel. Un peu étonné cependant car il avait sollicité l’aide de la municipalité d’Ambert pour l’aider à développer son activité. Manifestement sans succès, même pas celui d’être reconnu au sens propre comme au figuré !

Une nouvelle fois, face au professionnel, la mairie a fait preuve d’amateurisme en suivant mal ses dossiers : pourtant le blog Ambert au centre avait reconnu en Jean-Michel SERRE « celui qui est non seulement un sportif accompli mais également un entrepreneur ambitieux cherchant à faire vivre et développer notre Livradois. » (https://ambertaucentre.org/2013/08/19/auvergne-terre-de-champion-bravo-jean-michel-serre/) ; nous avions même ajouté que « Lorsque l’on a des interlocuteurs de cette qualité le travail des élus devient un véritable plaisir ! Quand on vous dit que l’avenir s’écrit ici…« .

Manifestement l’exécutif ambertois ne lit pas le blog « Ambert au Centre ».

– C’est un tort, parce que ce type d’activité est une image de marque remarquable pour notre territoire, génératrice de recettes provenant d’une clientèle attirée de très loin par ce champion , y compris de l’étranger.

– C’est un tort parce que, en ne faisant pas son travail la commune d’Ambert entraîne dans le déclin l’ensemble de l’arrondissement. Nous avons déjà souligné à plusieurs reprises l’effet désastreux de ce déficit d’image. (https://ambertaucentre.org/2012/10/20/association-des-maires-du-puy-de-dome-ambert-aux-abonnes-absents/).

– C’est un tort enfin car, face aux professionnels,les élus perdent toute crédibilité. Pourtant la première pour ne pas dire la seule fonction des élus consiste à développer l’activité économique locale et l’emploi, non ?

Ambert au centre soutient les amateurs dans les associations, les professionnels dans la vie économique. Et des gens sérieux dans les mairies… pas des amateurs.

5 réponses à “Mairie d’Ambert : amateurs ou professionnels ?

  1.  » la première pour ne pas dire la seule fonction des élus consiste à développer l’activité économique locale et l’emploi, non ? »
    Heu, ben non, justement, ce n’est pas sa première ou seule fonction.
    Avec ce lien, je vous fais la version courte :
    http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/collectivites-territoriales/competences-collectivites-territoriales/quelles-sont-competences-exercees-par-communes.html

    Par contre, il est essentiel d’avoir :
    – des enfants bien formés à l’école communale pour qu’ils poursuivent des études brillantes et reviennent s’établir au pays
    – des routes en bon état pour que les étrangers, marchands ou touristes puissent se risquer dans le coin et en faire la promotion à leur tour, voire s’établir dans le patelin
    – un taux d’imposition progressif et respectueux des revenus de chacun (la juste proportion)
    – un maire conscient d’être aussi un officier de police judiciaire, apte à garantir la sécurité de ses concitoyens …

    Ah ,ben, voilà que je viens de jeter les bases d’un brouillon de profession de foi, moi …

    • Bravo pour le brouillon de profession de foi : il faut s’engager en effet. Par contre je persiste et signe :
      – Il n’y a une école dynamique que s’il y a des parents qui travaillent. Et les études brillantes indispensables sont une vision très « urbaine » : ici, quelqu’un avec Bac + 5 trouvera très difficilement un emploi ; par contre, une formation en alternance ouvre la majorité des portes de l’emploi local.
      – Les routes ne sont pas faites d’abord pour ceux qui viennent de l’extérieur : elles permettent d’abord les déplacements locaux et l’activité économique. Elles ont donc comme finalité l’emploi.
      – Absolument d’accord pour le taux d’imposition, mais les communes n’ont que très peu d’impact sur la fiscalité locale;
      – Pour la sécurité des citoyens elle repose aussi sur l’importance de l’activité économique et donc de l’emploi.

      Donc, je me répète : le développement de l’emploi est l’élément central de toute politique de développement.

      A suivre…

      Michel SAUVADE

  2. comme la carrière!

  3. Pour le coté « urbain » des études brillantes à bac+5, vous exagérez !
    Les études sont forcément brillantes quand vous avez un diplôme, un esprit bien fait dans un corps sain.
    L’école n’est pas là d’abord pour donner un métier mais pour former un esprit, afin d’échapper à la superstition et au bourrage imbécile des crânes … ce que ne fait plus l’école depuis les années 90.

    Et puis, franchement, être diplômé a minima sous prétexte que la vie rurale offre peu, c’est manquer d’ambition. Comment espérer évoluer, progresser si vous ne sortez pas de votre connaissance pratique sans savoir ce qu’est le monde, la société dans laquelle vous évoluer ou qui vous écrase ?
    Un bac pro, un BEP, oui mais vous n’aurez pas été sensibilisé à la culture, latine ou grecque, à la littérature, à la philosophie, à la formation musicale … toutes ces choses et sensibilités qui nourrissent l’esprit et élèvent.
    Et ne me dites pas que ces gens là ne sont pas un public « adapté » à ces matières. Tout est une façon de présenter les choses
    En restant terre à terre, vous ne quittez pas le sol du regard. Vous manquez de recul.
    Autrefois, les paysans de ma région avaient la passion des livres, avaient une culture qui ne dépareillait pas avec celle des gens de la ville. Aujourd’hui, une forme de Taylorisme agricole les force à dire « à quoi bon » et se satisfaire de ne pas déposer le bilan. Les plus anciens sont désespérés de cette évolution, et pas besoin de lire les ouvrages de René Bazin pour larmoyer.

  4. Pingback: Aéro club d’Ambert : le comble pour être un élu de terrain.. | Valérie PRUNIER / Claire RICHARD, Michel SAUVADE / Daniel BARRIER, vos conseillers départementaux pour vivre et travailler ici

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.