Galerie

MoDem-UDI : l’alternative est en marche, Ambert au centre est « raccord »


Moment attendu aujourd’hui à Paris, anticipé depuis de longs mois pas Ambert au centre : le congrès du MoDem a été l’occasion de voir côte à côte sur une même tribune Jean-Louis Borloo et François Bayrou.

WP_20140118_007[1]L’engagement de conduire les prochaines échéances électorales ensemble, la certitude que la Gauche née en 1971 autour du « Programme commun » a été enterrée par le Président de la République « devenu » social-démocrate, la conviction que la situation de la France ne permet plus de perdre de temps en une lutte stérile PS-UMP, autant de raison de redoubler d’efforts ici et ailleurs.

Retrouvez les discours de JL BORLOO et F. BAYROU :

François Bayrou, discours de clôture – 3ème Congrès du Mouvement Démocrate – 180114
François Bayrou, discours de clôture – 3ème Congrès du Mouvement Démocrate

Jean-Louis Borloo, invité du 3ème Congrès du Mouvement Démocrate – 180114
Jean-Louis Borloo, invité du 3ème Congrès du Mouvement Démocrate – 180114

Non pas dans un esprit de revanche, mais avec la volonté de proposer une alternative aux extrêmes (« Jean-Luc et Marine » a lancé JL Borloo), avec la volonté de rassembler tous ceux qui refusent désormais un PS d’appareil insupportable et suffisant ou le « noyau dur » RPR de l’UMP.

Les échanges avec les journalistes, avec les militants des autres régions le montrent : désormais l’alternative porte la dynamique du changement , les prochains mois le montreront ici et ailleurs.

L’engagement politique c’est aussi la fidélité et la convivialité : Agnès Callou et ceux qui nous ont aidés lors des dernières législatives en Livradois saluent les adhérents d’Ambert au centre.

6 réponses à “MoDem-UDI : l’alternative est en marche, Ambert au centre est « raccord »

  1. Nous confirmons notre adhésion à la démarche Modem/UDI. C’est bien d’une alternative à la bipolarisation PS/UMP dont il s’agit. Elle est pleine de promesses pour la France et les français. Il convient maintenant de passer des promesses a la réalité. Première réalité : les municipales.

  2. Je n’oserai dire que nous étions des visionnaires, des précurseurs, que nos instances nationales n’ont fait que suivre ce que nous appliquons depuis le début, mais un peu d’auto satisfaction ne peut nous faire de mal.
    J’ai déjà parlé de l’intelligence au pouvoir, nous sommes dans le chemin de cette perspective. Je me demande même si François HOLLANDE ne va pas finir par nous rejoindre pour fuir un PS trop sectaire, mais c’est une autre histoire.

  3. C’est avec ce genre d’article et de commentaires que je comprends pourquoi de trop nombreux électeurs boudent les urnes.
    C’est bien dommage.

  4. Une piste de débat ouverte : s’agit-il de dire que les électeurs refusent les partis politiques ? c’est en effet clairement le cas, mais nous avons la naïveté (?) à Ambert au centre de considérer que nous devons replacer le politique au cœur du débat. Pas facile, en effet par les temps qui courent, mais indispensable de notre point de vue.
    A suivre ?

  5. Oui, il y a un rejet des partis.
    Et malheureusement une promotion de l’extrémisme, comme un réflex pavlovien : « il faut bien élire et choisir une liste » , « nous avons déjà testé les autres, alors pourquoi pas ceux-là » …

    Ce qui m’agace, c’est votre article, ci-dessus, dans lequel son auteur arrive « la bouche en chœur » en disant que tout est merveilleux avec cette alliance entres formations qui des mois auparavant se traitaient de tous les noms et s’invectivaient pour cause de participation gouvernementale, vote de lois particulièrement emblématiques de choix sociétaux largement préjudiciables pour notre société.
    Mais maintenant, oh, merveille, nous sommes « frères », ou presque …

    Cette attitude n’est plus supportée par les électeurs.
    Le mot « représentation » ne signifie plus que l’élu porte la voix et l’analyse de son électorat mais veut dire que l’élu a sauvé sa place, jusqu’à la prochaine échéance et qu’il est en représentation théâtrale, avec un discours et une attitude, une com’.

    J’entends déjà les cris d’orfraie : j’ai les mêmes dans mon patelin, de tous bords … mais toujours les mêmes, les coups bas, les rivalités en embuscade et toujours prêts à avaler des couleuvres pour en être …

    C’était bien la peine de nous promettre de faire de la politique autrement !

    • Merci de cette réponse franche et claire.
      C’est un débat qui a traversé et qui traverse le MoDem je pense, depuis l’origine. Je pense que la réponse ne se trouve en fait que dans la bonne volonté et le sens de l’intérêt commun des élus.
      Au delà, c’est la question du rôle des partis et de leur fonctionnement interne qui est posé, afin de leur redonner l’image d’un espace à s’approprier par les citoyens.

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.