Galerie

Région Auvergne : Jean-Michel Guerre incapable d’assumer ses choix


jean-michel GuerreReconnaître d’éventuelles erreurs est, me semble-t-il, une qualité qu’on est en droit d’attendre, voire d’exiger d’un élu. Manifestement le vice-président du Conseil régional Jean-Michel GUERRE n’a pas cette qualité et j’en suis, pour être honnête, le premier surpris.

Venu faire pleuvoir sur les élus locaux plus de 6 millions d’euros généreusement distribués par le Conseil régional dans le cadre du Contrat Auvergne+ avec le Pays de la vallée de la Dore, il a fait le bilan de la dernière génération du contrat qui s’achève à la fin de l’année.

On pouvait s’attendre à quelques regrets sur le fait que la totalité de l’enveloppe n’a pas été engagée, la question a d’ailleurs été posée. La réponse était sans appel : le fautif, bien sûr c’est le territoire moins bien organisé que d’autres. Le Pays des Combrailles est l’exemple à suivre. « Mais vous ferez mieux la prochaine fois… ». Ben voyons…

Et si dès fois la région avait refusé de soutenir certains projets ? Vous rêvez… Une question s’imposait alors, je l’ai posée : si une commune demandait dans ce nouveau contrat une subvention pour un bâtiment accueillant des professionnels de santé, un commerce, dans un bâtiment en pisé, à ossature bois et ayant une chaudière à granulés serait-elle soutenue ? Vous avez reconnu bien entendu le projet marsacois d’ERSP (https://ambertaucentre.org/2013/06/11/un-prix-national-darchitecture-en-livradois/) :

Réponse du bout des lèvres : oui probablement… J’attendais un soupçon de regret, le sentiment de s’être peut-être trompé face à un projet qui a réussi sans la région, mais avec le soutien de l’Etat et de l’Europe… Rien, mais là, rien de rien. Pire, relancé à l’issue de la réunion Jean-Michel GUERRE a eu la lâcheté de se défendre en expliquant que c’était la faute de l’Agence Régionale de Santé qui n’était pas d’accord ! Bien sûr..; le feu vert a été donné par l’ARS au Sous-Préfet Eric VRIGNAUD en ma présence pour que l’Etat participe là où la région refusait de le faire !

Donc on résume : des promesses soumises au bon vouloir de la région, un discours politique qui se limite à décrire un « mode d’emploi » ne laissant aucune initiative au choix politique, à l’expérimentation… et bien sûr l’absence totale de responsabilité de l’élu dans ce qui sera décidé.

En un mot tout ce qu’on ne veut plus voir ici. Merci Jean-Michel GUERRE de cette belle démonstration d’incapacité politique totale. Manifestement les habitants de Bellerive-su-Allier, en ne le ré-élisant pas comme maire en 2014, ont donné leur avis sur la question. Pour quelques mois encore la Région accueillera ce politique responsable et engagé…

Quant à nous, ici en Livradois-Forez, comptons d’abord sur nous-même pour avancer. A Ambert au centre, on s’y emploie…

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.