Galerie

Lionel Zwenger fait ses adieux au BIEF. Plutôt un au revoir ?


Lionel ZWENGER. Photo La Montagne

Lionel ZWENGER. Photo La Montagne

Madame, Monsieur,

   Depuis sa création en 2001, je dirige le Centre Culturel Le Bief. Sa structuration singulière qui associe 6 communautés de communes est unique en Auvergne. Il contribue à un aménagement du territoire culturel équitable. Son autre singularité est d’être pluridisciplinaire ; ainsi un grand nombre de champs artistiques sont portés par le Bief. Des ateliers de pratiques artistiques, des résidences d’artistes, des conférences avec « Le Bivouac des facs », une artothèque d’estampes, des outils de sensibilisation pour les scolaires, les publics éloignés et en difficulté font partie des actions indispensables du Bief. Des partenariats avec des structures culturelles à forte valeur ajoutée comme La Comédie de St-Etienne, le FRAC, le Centre Lyrique d’Auvergne, le Festival de la Chaise-Dieu, La Fabrique à St-Etienne contribuent à offrir à chacun de vous une programmation de qualité.

   Je voulais aussi souligner que le travail en confiance et la permanente concertation avec nos partenaires institutionnels, la DRAC Auvergne, le Conseil Régional d’Auvergne, le Conseil Général du Puy-de-Dôme et les 6 communautés de communes contribuent à la réussite du Bief.

    Après donc bientôt 14 ans de direction, je vous annonce mon départ du Bief. J’ai durant toutes ces années eu pour seul objectif de donner à ce territoire la possibilité d’avoir une vie culturelle digne de ce nom. J’ai défendu l’idée que nous ne devions pas être des « sous citoyens » de la culture sous prétexte que nous vivions en milieu rural. J’ai en permanence tenté de prendre en compte l’ensemble des enjeux que la culture apporte au développement d’un territoire. J’ai toujours fait le pari de l’intelligence contre la bêtise, de la générosité contre l’égoïsme. J’ai défendu l’idée que la culture n’était pas un produit de consommation mais un « objet » d’émancipation individuelle et de construction sociale. J’ai eu durant toutes ces années comme objectif que le Bief soit un « passeur » attentif entre les artistes et le public. Ce furent pour moi 14 ans de travail acharné, de doute permanent, mais avant tout 14 ans de bonheur absolu.

 Je voudrais dire ici que cette aventure n’aurait jamais vu le jour sans la présence de Fred Bernard, le technicien intermittent du spectacle, qui dès le premier jour de la création du Centre Culturel Le Bief est à mes côtés, il est l’homme de l’ombre sans qui la lumière n’aurait jamais brillé sur le Bief.

   C’est bien évidemment la réussite d’une équipe toute entière, tout d’abord Marie Christine Jean qui a démarré l’aventure avec moi avant de partir. C’est aujourd’hui une équipe renforcée, avec Isabelle au secrétariat, accueil du public et des compagnies, notre comptable Catherine Zongo et bien sûr Frédérique Bouche qui depuis 3 ans co-dirige avec subtilité et efficacité le Bief. C’est à cette équipe toute entière que l’on doit la réussite du Centre Culturel Le Bief.

    Enfin, c’est à chacun de vous, spectateur, visiteur, petit ou grand, public du Bief que je dis un grand merci. Sans votre fidélité, votre exigence, votre passion, rien n’aurait été possible,  vous m’avez tenu en éveil et portez dans mon action au quotidien, vous êtes l’âme du Bief.

Demain le Bief continuera sa route, il aura besoin de vous, n’hésitez pas à dire que vous avez besoin de lui.

    Je souhaite une longue et belle vie au Bief, je souhaite que l’intelligence de ce centre culturel trouve un écho juste auprès des acteurs institutionnels locaux, je souhaite que la culture et l’accompagnement à la connaissance restent des priorités pour ce territoire, que ce dernier ne succombe pas aux sirènes de l’immédiateté, de la rentabilité marchande et qu’il se souvienne que si la culture et la connaissance coûtent soi-disant cher, l’ignorance nous ruine.

               Merci à vous tous et vive le Centre Culturel Le Bief

Lionel Zwenger

2 réponses à “Lionel Zwenger fait ses adieux au BIEF. Plutôt un au revoir ?

  1. Merci, Lionel, pour ton engagement dans le domaine culturel, pour cet enracinement de la culture populaire, qui donne à chacun la possibilité de mieux comprendre le monde, d’y apporter sa pierre pour tenter de l’améliorer…
    Adolphe Thiers disait « un peuple cultivé est ingouvernable ». Faisons en sorte de suivre ce « conseil », et oeuvrons pour la culture populaire !

  2. Voilà un homme de qualité.
    j’adhère à ses propos sur le coût des dépenses en l’absence desquelles la ruine nous guette.

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.