Galerie

La @FNSEA ne doit pas bien connaître l’arrondissement d’Ambert et prend les élus pour des jambons : surprenant !


il y a des courrier qu’on aimerait bien ne pas recevoir : le courrier co-signé par les présidents départementaux de la FNSEA et des JA est un de ceux-là.

fnseaDans l’arrondissement personne ne peut ignorer les difficultés du monde agricole, manifestement ça a échappé aux signataires, pas aux élus d’ici, heureusement…

« Convoquer » les élus de l’arrondissement depuis Aubière devant la sous-préfecture d4Ambert pour leur expliquer ce que les agriculteurs attendent d’eux , en le soulignant des fois qu’on ne sache pas lire… et en plus, au nom des agriculteurs de l’arrondissement : comme si ceux-ci avaient besoin de quelqu’un pour nous parler…

Et surtout « toute absence à ce rendez-vous ne saurait-être comprise« , là, c’est la cerise sur le gâteau.

Et bien, Madame la Présidente, Monsieur le Président, ne comptez pas sur moi pour répondre à ce genre d’invitation. Et, connaissant les élus d’ici et leur engagement pour l’agriculture je pense que je ne serai pas le seul. Nous continuerons à être aux côtés des paysans – désolé, je préfère le mot paysan, plus noble de mon point de vue… – mais sans vous !

Vous serez par contre les bienvenus à la mairie de Marsac-en-Livradois, si par hasard vous avez envie de découvrir la commune… Et si vous ne venez pas, rassurez-vous nous n’irons pas déverser des tombereaux de formulaires administratifs devant vos exploitations !

2 réponses à “La @FNSEA ne doit pas bien connaître l’arrondissement d’Ambert et prend les élus pour des jambons : surprenant !

  1. « le patron de la FNSEA, premier syndicat agricole, Xavier Beulin, qui discute avec le ministre, est président de la multinationale Sofiprotéol, propriétaire de plusieurs marques agro-alimentaires, dont l’une des filiales à 100%, la société Farmor (Glon-Sanders), à Guingamp, importe des centaines de milliers de tonnes de poulets industriels brésiliens produits dans des conditions ignobles. D’une main j’envoie mes éleveurs de volailles faire des actions commandos, d’une autre j’importe en masse ce qui les conduit à la ruine. Tout un symbole des aberrations de notre époque. »
    Interview de Périco Legasse dans Le Figaro : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/07/22/31003-20150722ARTFIG00120-perico-legasse-la-grande-distribution-est-devenue-un-fleau-national.php

  2. …Ce qui explique comment des « syndicats représentatifs » négocient comme des « pieds » des tarifs planchers avec des maquignons, « oubliant » au passage la liberté de contracter une vente sur un marché ou un autre …
    En pratiquant de la sorte, c’est en fait la fin des agriculteurs/éleveurs etc au profit de structures maitrisant le marché (trop grosses, elles « font le marché », sans concurrence réelle, comme dans le marché du lait par exemple). C’est donc la « fin du petit producteur » tant dénoncé qui est mis en place par les représentants eux-même … Parce qu’en plus, pour trouver un abattoir municipal en activité, faut faire des kilomètres …

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s