Galerie

A Martin Niemöller


Quand ils sont venus fermer l’hôpital,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas malade.

 

Quand ils sont venus fermer la gare,
Je n’ai rien dit,
Je n’étais pas voyageur en train.

Quand ils sont venus fermer la trésorerie,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais utilisateur

 

Quand ils sont venus fermer gendarmerie,
Je n’ai pas protesté,
Je n’étais jamais agressé.

 

Puis ils sont venus fermer ma maison,
 il ne restait personne pour protester

Ma région était devenu un désert
 

Une réponse à “A Martin Niemöller

  1. Très bon pastiche, et vrai plaidoyer pour un engagement citoyen !

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s