Galerie

Groupe numérique AMF (1/3): opendata, contrainte ou opportunité ?


open-dataRégulièrement une vingtaine de maires de toute la France se réunissent autour des enjeux du numériques (référence ?). Des rencontres toujours intéressantes car nous mettant en contact avec les principaux responsables des opérateurs, des services de l’État… Cela m’a permis souvent d’anticiper pour des dossiers ici.

Ce 4 mai plusieurs dossiers à l’ordre du jour méritent un retour sur ce blog, dont l’opendata : une obligation légale, un enjeu de développement ?

La loi NOTRe oblige les collectivités de plus de 3500 habitants à « libérer » leurs données et à les mettre en ligne. La région Auvergne avait obligé les communautés de communes en échange de son aide dans les contrats « Auvergne + » à s’engager sur cette voie ; la région Auvergne-Rhône-Alpes vient d’ailleurs de supprimer cette clause.

Les données libérées les plus célèbres sont probablement la base des adresses et noms de rue ; c’est sur cette base que les sociétés fabricant les GPS fondent leur activité. L’intérêt réside justement dans la qualité des données, sans format propriétaire, accessibles de façon pérenne, et susceptible de traitements automatisés. Etat-civil (sans références personnelles évidemment, Système d’Information Géographique, gestion des déchets, transports…).

Pour les collectivités l’intérêt peut être multiple : partager la connaissance, améliorer la transparence de l’action publique ou « donner du pouvoir d’agir » aux citoyens (a été pris en exemple l’élaboration de budgets co-construits) ; on peut imaginer également de faire appel aux habitants pour la collecte de la donnée (Crowd sourcing) ; grâce à la libération des données sur les transports la métropole de Rennes (http://Data.rennes-metropole.fr) a permis la création de plusieurs applications pour smartphone, par des « startup » locales. Dans un autre domaine des développements ont eu lieu autour des menus des cantines.

Ces données peuvent être déposées sur un site de la collectivité mais l’intérêt réside davantage dans des publications sur des sites à l’échelle régionale http://opendata.auvergnerhonealpes.eu ou nationale http://data.gouv.fr ; elles sont accessibles à tous (utilisateurs de services, entreprises, associations, journalistes, étudiants, chercheurs…), y compris la collectivité elle-même pour faciliter le fonctionnement de ses services.

L’échange entre les participants a porté ensuite sur les points d’attention : qualité des données, notamment mise à jour, documentation et fiabilité ; les réticences éventuelles ont été également abordées ainsi que les coûts associés. Le Président de l’association « Opendata France » (http://www.opendatafrance.net/) a souligné l’intérêt d’un travail collectif dans ce domaine, évidemment.

Localement le Pays de la vallée de la Dore s’est engagé dans une série de réunions sur la question depuis l’automne pour évaluer les possibilités de diffusion cohérente par les EPCI. Voici donc des « billes » à ajouter à la réflexion collective sur la question.

P1060731

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s