Galerie

En direct du Congrès des maires à Paris : journée chargée.


congres07.jpgS’il y a toujours au congrès des maires à Paris un côté prout-prout-cocktail dont les médias se réjouissent souvent, l’essentiel n’est pas là : il réside dans les tables-rondes et ateliers qui durant 3 jours vous permettre de faire le point sur les dossiers en cours mais aussi d’anticiper sur les années à venir : rappelons il y a quelques années les débats sur la réforme de la taxe professionnelle ou l’intercommunalité ; nous sommes dedans aujourd’hui. Il est donc important pour les élus d’avoir un temps d’avance, indépendamment des engagements politiques des uns et des autres.

congres02.jpg

Ce matin l’heure était à la santé : la Ministre était curieusement absente, contrairement à la tradition, mais le président de l’Ordre des Médecins, des responsables de l’ARS et les responsables de la commission santé de l’AMF ont posé les vraies questions de la couverture médicale du territoire puis des Groupement Hospitaliers de Territoire. Matinée chargée durant laquelle l’implication des élus locaux a été clairement revendiquée face à un Etat pas vraiment toujours déterminé à les associer.

On retiendra notamment qu’aucun territoire n’est épargné par les déficits de médecins, en ville comme en campagne. L’Etat n’a rien anticipé, ça, on le savait… Le débat a porté sur la nécessité ou non d’imposer aux médecins des implantations forcées : personnellement j’y suis clairement opposé. L’ARS l’a joué pour sa part « profil bas » ; et pourtant… Les interventions des Présidents de la fédération des Maisons de santé, de la Fédération hospitalière de France (public) ou de la FHP (privé) ont mis en perspective les enjeux pour nos territoires. Le vice-président de l ‘AMF en charge du dossier, André Rossinot a souligné que « la santé est de la compétence de tous les élus » mais que « tout ce qui vaut passe par le projet » et que « la santé ne se découpe pas en territoire »…

congres09

La matinée s’est poursuivie par l’intervention du Président de la Commission européenne qui a défendu l’ambition européenne, non dans une logique d’austérité mais de développement de l’investissement productif. Il faudra confirmer…

Pcongres10our autant les contacts avec les élus qui dirigent l’Association des Maires de France sont aussi importants : François Baroin, le Président de l’AMF en début de matinée, ou bien les responsables des commissions nationales. Echange très fructueux pour moi ce matin par exemple, avec la co-présidente de la commission santé ou bien la chargée de mission auprès de la Ministre de la santé sur les GHT. Rencontre également avec les élus auvergnats : Louis Giscard D’Estaing ou Pierrette Daffix-Rey, la Présidente de l’Association des Maires du Puy-de-Dôme…

A l’issue de l’Assemblée générale de l’Association, Jean-Louis Borloo accompagnée de femmes-maires du Mali et du Cameroun a prononcé un vibrant plaidoyer pour l’électricité en Afrique.

congres06

congres05

Demain, journée chargée : table-ronde sur l’intercommunalité le matin puis participation à un débat d’une heure sur « campagne Tv », une chaîne télé disponible sur canalsatellite et les box internet et enfin rendez-vous avec Alain Juppé qui réunit les élus des comités Juppé à la salle Wagram. Rencontre des élus du Puy de Dôme enfin à la questure du Sénat.

3 réponses à “En direct du Congrès des maires à Paris : journée chargée.

  1. Michel,

    Je ne suis pas sur que la solution au désert médical ne réside pas dans l’installation « réglementée » des médecins. Que serait l’équipement pharmaceutique de nos territoires sans le contrôle des installations des pharmaciens ? Le système mis en place n’a pas mis en cause le caractère libéral de cette profession.
    Quelles propositions fait l’association des maires pour résoudre ce problème connu depuis longtemps et qui s’aggrave chaque jour… Au delà des belles déclarations d’intention, rien ou pas grand choses.
    La liberté d’installation de médecins doit être contrôlée par l’Etat, tout en s’efforçant de respecter le caractère libéral de la médecine qui ne se limite à le laisser s’installer n’importe ou. Le caractère libéral de la médecine c’est d’abord la liberté pour le patient de choisir son médecin … faut-il encore que le choix existe.

    • Un vrai débat qui n’a manifestement pas été tranché au sein même de l’AMF : j’ai eu la chance d’échanger avec la co-présidente de la commission santé, comme évoqué dans l’article et la situation est vraiment contrastée d’un territoire à l’autre. Mon sentiment est qu’il n’y a pas une solution, mais un ensemble de réponses dans lesquelles les professionnels de santé doivent être considérés comme des partenaires plutôt que des effectifs à mettre en place des patients. Le terme « d’envie » a été évoqué à plusieurs reprises justement dans le débat.

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s