Galerie

Un pas en avant, deux pas en arrière


Ce matin une manifestation syndicale était interdite à Paris, jusque là rien à dire. Puis avant midi on apprenait qu’elle était autorisée?

Nous avons eu de nombreux ténors qui sont venus expliquer que c’était une honte, anti démocratique et j’ai même entendu des intervenants de tous  bords venir nous expliquer cela.

Coup de tonnerre en fin de matinée, on apprenait du ministère de l’Intérieur que la manifestation était autorisée, venant en cela  contredire le préfet de police de Paris, je vois mal ce dernier prendre une telle décision sans lui en référer et sans son ordre.

C’est quoi cette chienlit, ce bordel organisé tel un BMC. Ils sont dans un maelström infernal et ils ne savent plus à quoi se raccrocher, cela n’est pas le plus grave, ce qui est grave c’est ceux qui en supportent les conséquences.

-1/ Les hauts fonctionnaires qui sont bafoués et qui n’osent plus décider de peur d’être contredit?

-2/les fonctionnaires de police  sur le terrain qui ne savent plus si un pilote est encore dans l’avion?

Ce qui est déplorable ce n’est pas qu’une manifestation soit interdite ou non c’est que cet état de fait semble s’appliquer à l’ensemble des décisions de ce gouvernement et là cela devient réellement inquiétant.

2 réponses à “Un pas en avant, deux pas en arrière

  1. Trop facile Philippe cette réaction « basiste » tu es pourtant capable de faire mieux… C’est le type de post qui ne fera jamais avancer les choses. Cette analyse (excuse-moi) simpliste et primaire de la situation ne reflète en rien le véritable problème, et tu le sais bien, mais la campagne approche et pour montrer ses muscles, il faut parler comme les autres…
    Aujourd’hui, ce n’est plus la Droite et la Gauche qui s’affrontent mais bien des façons différentes de faire de la politique dans lesquelles une partie de la population peut se retrouver. Le sectarisme des uns et les doctrines des autres sont en train de voler en éclat. la question qui se pose aujourd’hui, c’est doit-on laisser ce pays s’enfoncer dans les dettes et le chômage, comme c’était le cas il n’y a pas si longtemps, ou prend on le risque de se mettre la population à dos en ayant le courage de vouloir le redresser. Et sur ce point précis, je mets ma main au feu qu’il y a des gens de droite et de gauche qui sont du même avis, mais qui, pour des raisons de doctrine ou d’idéologie ne voudrons jamais le reconnaître. Moi je soutiens l’action mené par Manuel Valls parce que c’est un type courageux qui a eu, depuis longtemps, l’intelligence de voir que les choses changeaient et qu’il n’a pas eu peur de le dire.
    J’espère que mes propos un peu vifs, surtout au début ne t’auront pas choqué, je suis un méditerranéen alors …. http://partisocialisteambert.fr/coup-de-gueule-dun-secretaire-de-section/

  2. Tout d’abord, je considère que la confrontation par les mots est une grande victoire de la démocratie et que l’échange même virulent est la preuve qu’elle est bien vivante.
    Pour le reste, tu m’as lu dans la colère, car, j’écrie,  » les intervenants de tous bords ». Pour moi le problème est là, ils sont tous venus jouer leur partition partisane, à un moment donné.
    Ce que je conteste, c’est la façon de faire. Nous sommes ici dans l’exercice du pouvoir régalien de l’état, et, en cette occasion, l’état a montré toute sa faiblesse. Il me semble qu’un principe de base en la matière est le suivant : ne donne jamais un ordre que tu n’es pas certain de pouvoir tenir et faire exécuter.
    J’allais dire, ne t’inquiète pas, mais si inquiétons-nous. J’ai déjà constaté cet état de fait sous d’autres gouvernements, de droite comme de gauche, et c’est le signe des fins de règne que le désordre accompagne toujours.

    Quant au fait que beaucoup de gens aujourd’hui ne se reconnaissent plus totalement dans les partis traditionnels, je suis amplement d’accord avec toi et c’est la raison pour laquelle j’aime bien cette phrase de Gérard Roche de Haute-Loire :
    Si tous les gens intelligents étaient à droite et les imbéciles à gauche ou si les gens intelligents étaient à gauche et les imbéciles à droite, il y a longtemps que nous le saurions?
    Enfin pour déborder un peu du sujet, je crois que nous sommes confrontées à une peur compréhensible, celle du chômage, qui accompagne le changement de notre société. Nous vivons une période de transformation radicale de notre façon de vivre qui n’est même pas comparable à celle de la révolution industrielle, grand clerc, celui qui peut nous dire de quoi demain sera fait et ce que sera notre vie et celle de nos enfants. C’est le défi auquel nous sommes confrontés, à nous de ne pas nous tromper et de choisir les femmes et les hommes qui réussiront à nous faire franchir cette étape. La politique telle que je la vois pratiquer ici ou là est morte, mais ils ne le savent pas encore. Je vais peut-être te surprendre, mais le quinquennat de Hollande n’était pas une erreur, mais une transission nécessaire pour remettre ensuite la société en marche.
    Tu sais que je considère qu’ Alain Juppé est pour moi l’homme de la situation pour les 5 ans qui viennent, car je ne vois personne d’autre pour effectuer ce travail, et tu le sais, il n’est pas à proprement parlé de ma famille politique, si cela veut dire encore quelque chose. Merci pour cet échange et sache que l’on peut avoir des divergences d’opinions, d’analyses, mais qu’en aucun cas cela n’influe sur le respect que j’ai pour l’homme que tu es.

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s