Galerie

Téléphonie mobile : nouvelle rencontre avec Axelle Lemaire.


photo2Nouvelle réunion dans le cadre du groupe de travail numérique de l’AMF à Paris hier. La secrétaire d’Etat au numérique, Axelle Lemaire était présente. La question de la téléphonie mobile a été tout particulièrement abordée.

En relançant le programme « zone blanche » dont la première étape remontait à 2003, la Ministre était consciente de « mettre le feu aux poudres » et a pris le risque de s’y engager pourtant, en sachant qu’elle susciterait l’explosion des frustrations grandissantes. C’est clairement courageux et à mettre à son actif.

Si la convention pour la résorption des zones blanches en centre bourg que nous avons négociée pour l’AMF a été signée il faut maintenant engager les travaux, soit directement sous le contrôle des collectivités, soit via l’Etat lui-même. Une nouvelle campagne de signalement de communes non couvertes sera lancée en septembre. Il serait intéressant de faire le point ici même si, a priori, aucune commune n’est concernée.

Sur les 1300 sites d’intérêt économique les réponses des collectivités ont été peu nombreuses à ce jour (une soixantaine au total) : nous l’avions dit dès le début de la négociation, et avons refusé de signer la convention en l’état, le reste à charge des collectivités était trop important. (Localement les choses avancent pourtant puisque le 11 juillet le département devrait confirmer en commission permanente son engagement pour la zone de Prabouré. Une bonne nouvelle donc sur ce point).

Sur ces questions de téléphonie mobile, les bonnes nouvelles ministérielles sont venues sur 2 points :

–          Le souhait de reprendre la réflexion sur le reste à charge des collectivités pour les 1300 sites, même si la marge de manœuvre semble très limitée pour les uns et les autres.

–          Surtout, pour la première fois, l’affirmation ministérielle, conformément à notre demande à l’AMF, de la prise en compte des « zones grises » : hameaux non couverts ou zones couvertes par un seul opérateur. Des actions semblent devoir être engagées rapidement pour apporter des solutions associant largement les acteurs locaux pour identifier les difficultés majeures : un « appel à problème » (oui, vous avez bien lu problème) sera lancé pour obtenir des propositions de solutions concrètes de la part des opérateurs.

Pour autant les uns et les autres sont conscients de l’ampleur de la tâche et de la nécessité de rester dans des engagements raisonnables.

Un discours volontariste que nous avons clairement apprécié – et la force de l’AMF est de permettre le dépassement des clivages politiques – ; j’ai pu assurer la Ministre, au nom de l’AMF, de notre volonté d’une participation constructive des élus à l’action engagée.

Le travail des élus pour le territoire peut donc se conduire à toutes les échelles et dans ce cas précis, nous avons la certitude que notre parole sera entendue au plus haut niveau.

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s