Le CETA c’est quoi?


Florence Dinouard-Duparc votre candidate pour les législatives 2017 au centre et à droite

ob_f13d4b_ceta

Tout le monde a entendu parler du CETA. Mais combien savent de quoi il s’agit ? Tout d’abord, le CETA est l’acronyme de (Comprehensive economic and trade agreement)                       » approximativement  accord économique et commercial global ». Plus simplement cest un accord de libre-échange  entre lUnion européenne et le Canada.

Cet accord  est en discussion depuis 7 ans, mais  la majorité dentre nous nen auraient jamais entendu parler si la Wallonie ne sétait pas opposée à la signature qui devait intervenir le 27 octobre et qui est reporté dans les prochains jours à la suite des modifications qui ont été apportées.

View original post 553 mots de plus

2 réponses à “Le CETA c’est quoi?

  1. Merci pour votre compte-rendu que vous avez essayé de rendre aussi objectif que possible, quoiqu’on sente bien que votre cœur balance plutôt du côté du pour !

    Je l’ai déjà dit dans un précédent post, mais pour moi, le CETA est une hérésie démocratique, en plus de représenter un nouveau bouleversement des liens commerciaux préjudiciable aux travailleurs et aux petits et moyens entrepreneurs de deux côtés de l’Atlantique au nom d’une concurrence toujours plus débridée. Ce sont les multinationales qui parviendront à tirer leur épingle du jeu, et qui par voie de conséquence, deviendront toujours plus puissantes au détriment des petits producteurs et des PME qui forment quand même le maillage social des territoires de notre pays. Ce sont des milliers d’emplois qui sont en jeu, des deux côtés.

    En ce qui concerne nos appellations, oui, très bien, des appellations géographiques européennes vont être reconnues au Canada (une quarantaine de françaises hors vins, sur combien existant?). Mais en échange de la suppression des droits de douane sur les fromages, l’UE va supprimer les droits d’entrée des produits laitiers canadiens. En pleine crise laitière, y’a pas à dire, ça tombe à pic pour nos agriculteurs qui sont sur le segment des exploitations de taille raisonnable (celles où les vaches savent ce qu’est un pré). Et je ne parle pas de la filière bovine (puisqu’il s’agissait d’un enjeu pour le Canada) ou porcine.
    Sans parler du fait que le Canada étant dans un système de libre-échange avec les Etats-Unis (l’ALENA), il faut être profondément naïf ou d’une mauvaise foi sans borne, comme notre sous-ministre du commerce, pour imaginer un instant que les produits agricoles et industriels US s’arrêterons à la frontière canadienne. C’est comme le nuage de Tchernobyl, ça…

    Par ailleurs, la question des tribunaux arbitraux est également un élément qui devrait faire se dresser les cheveux sur la tête de tout citoyen normalement constitué.
    On nous dit que le CETA prévoit une sorte de moratoire sur les produits OGM et autres viandes aux hormones de croissance (produits ou acceptés au Canada).
    Or le CETA prévoit la création de tribunaux arbitraux destinés à recevoir les plaintes des entreprises multinationales ou étrangères contre les Etats qui auraient l’outrecuidance de voter des réglementations susceptibles de nuire à leurs intérêts.
    Ainsi que fera notre gouvernement si Nutella attaque la France devant un de ces tribunaux arbitraux au motif qu’une taxe sur l’huile de palme serait préjudiciable à ses bénéfices ? Si la France met en place une réglementation interdisant les hormones dans le bœuf? Qu’une telle taxe ou réglementation soit votée par l’Assemblée Nationale, où siègent les représentants élus du peuple, cela ne veut-il rien dire pour les édiles européens – suivis comme des toutous par nos propres gouvernements – qui nous vendent si bon marché ? C’est une véritable fuite en avant. On peut multiplier les exemples à l’envi, notamment sur tout ce qui concerne le principe de précaution. C’est gravissime, en terme de normes sociales, environnementales, de santé publique et en termes de démocratie.

    Enfin, que dire de la longueur et de l’opacité du texte ? Des milliers de pages pour dire quoi ? même avec la meilleure volonté du monde le citoyen ne peut pas (tout simplement par manque de temps !) décortiquer cet amalgame verbeux et typique d’une bureaucratie qui s’écoute ronronner. De quoi faire se dresser les cheveux sur la tête (encore !!) de tous les personnes ancrées dans la vraie vie où « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement » et où on n’a pas besoin d’une commission Théodule pour décider de mettre un point ou un point virgule.

    Ce texte heurte mon « bon sens auvergnat » sur tant de points que je suis chaque jour plus effarée face au monde tel qu’il évolue. On a vraiment perdu le sens commun.

  2. Je sais et je comprend votre analyse et je peux même dire que je ne suis pas loin de la partager sauf que je suis résolument optimiste et je pense que la base c’est l’être humain et la transparence. Ainsi bien que ces multinationales dépensent autant d’argent qu’elles peuvent, le poids des humains que nous sommes augmentent, que ce soit par les réseaux sociaux, les lanceurs d’alertes et autres. Ils nous ont donné internet en pensant nous contrôler encore plus et c’est l’inverse qui s’est produit. Je suis peut-être un doux rêveur, un utopiste mais l’histoire nous a démontré que toutes les dictatures, les multi nationales en sont une, ont fini par chuter car il y a toujours des hommes qui ne baissent jamais les bras.
    C’est la raison pour laquelle je dis que le CETA peut-être une bonne chose si ceux qui sont chargés de le contrôler font leur job, si les associations restent vigilante, si tout un chacun n’hésite pas à se défendre. On a désormais la possibilité de faire des recours collectifs, que les professionnels se préparent et tirent les marrons du feu pour leur propre profit. Je vous le répète je suis un incorrigible optimiste qui croit férocement en l’être humain.

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s