Galerie

Maison de la fourme : regarder par-dessus les montagnes     


Valérie PRUNIER / Claire RICHARD, Michel SAUVADE / Daniel BARRIER, vos conseillers départementaux pour vivre et travailler ici

P1170183 (2)Avec Simone Monnerie dans l’équipe qui anime la maison de la fourme, on sait qu’on va sur du solide ; en effet l’assemblée générale du samedi 1er avril a permis de faire le point non seulement sur les aspects matériels, administratifs et financiers mais surtout sur l’élaboration d’un véritable projet de développement à la fois ambitieux et réaliste.

La volonté de fédérer les deux versants du Forez sous une fourme à deux dimensions ne peut que donner du relief à ce développement. Les conseillers départementaux que nous sommes seront d’autant plus attentifs que ce regard vers l’est recoupe justement les efforts accomplis depuis de nombreux mois pour ouvrir le canton sur l’est :

Un grand bravo donc : avec vous nous garderons la fourme !

View original post

2 réponses à “Maison de la fourme : regarder par-dessus les montagnes     

  1. Et voici venir le temps d’une fourme du Forez, « lou fourmadze dou Fourest » transcrit du patois Arpitan/Occitan en « Le fromage du Forez », qui sortait d’une forme en bois du Forez, connue depuis les romains?, sans doute, et avec certitude de la pierre Dixmale de cette petite chapelle près de la Chaulme, qui était indiquée sur le guide Michelin ! Ce fromage forezien vieilli sous le foin des hautes chaumes renaîtra t il ?

  2. Honnêtement, la seule vraie fourme d’Ambert, tout le monde sait bien qu’elle n’est pas faite au musée de la fourme et chez ses pendants du côté de Montbrison. La seule fourme d’Ambert digne de ce nom, c’est celle des producteurs artisanaux (Dumont et autres Chantelauze) qui ont perdu l’AOP au nom de l’uniformatisation européenne qui n’est au service que des grandes laiteries dont l’objectif est de nous faire manger du camembert plâtreux et du st nectaire à croute jaune. La fourme du musée n’a de fourme d’Ambert que le nom (et malheureusement l’AOP, ce qui est un véritable scandale), dans les faits, c’est un mauvais bleu d’Auvergne. Je me souviens il y a quelques années un fromager parisien assez renommé qui vendait de la fourme des Hautes Chaumes (comme elle est aujourd’hui contrainte de s’appeler) et qui a arrêté d’en vendre quand celle-ci a perdu l’appellation « fourme d’Ambert ». C’est absolument navrant.

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s