Galerie

Moi je voterai Macron dimanche prochain, mais ce qui compte, ce n’est pas cela, c’est ce que VOUS, vous allez voter : c’est votre liberté et votre responsabilité.


Décidément bien curieuse campagne ; devant des relances répétées je vais écrire à nouveau ce que j’ai écrit, dimanche soir dernier, à 20 h 10 sur mon compte twitter, avec une magnifique faute d’orthographe en prime – lapsus révélateur ? – puis repris sur mon blog personnel http://sauvade.net …

Pour autant je considère que je n’ai aucune légitimité à dire à qui que ce soit ce qu’il doit penser, et donc je ne vois pas comment je pourrais appeler qui que ce soit à voter quoi que ce soit. Ma voix ou ma parole politique n’ont pas plus de valeur que celles des lecteurs de ce blog ; pas moins non plus d’ailleurs, ce qui me fait rejeter avec fermeté la notion de « société civile », terme utilisé par les élus qui ont la politique honteuse : « je ne fais pas de politique », « les politiques sont déconnectés », « ma politique c’est le territoire »… Ceux qui tiennent ces propos sont le plus souvent les pires politicards : pour ne fâcher personne ici, prenons l’exemple d’Europe Ecologie les Verts et je pense qu’il est inutile de développer.

Toute l’ambition d’Ambert au centre est justement de démontrer que nous n’avons plus besoin de « leader maximo » de « gourou »  ou de « chef de clan » pour nous dire ce que nous devons faire. Si les solutions révélées existaient, depuis le temps nous le saurions et nous ne serions pas dans la situation catastrophique de cet entre-deux tours.

Nous l’avons démontré ici en faisant d’un nombre de plus en plus important des membres de notre association des élus engagés, soutenus dans leurs actions par autant de militants dont la parole compte tout autant. Représentés dans tous les partis de la Droite et du Centre, notre parole compte désormais au delà des limites de l’arrondissement, jusque dans les instances nationales.

Aujourd’hui nous sommes présents dans plusieurs communes,  à la communauté de communes Ambert Livradois-Forez, au Conseil départemental et demain à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Pas pour tirer la couverture à nous, mais pour poursuivre l’action que nous menons ensemble : le rôle de chacun d’entre-nous compte autant que celui de l’heureux(se) élu(e).

C’est une action entreprise il y a près de 10 ans qui , grâce au travail de chacun commence à produire ses fruits. Aux antipodes donc, des promotions éclairs, de la boulimie de fonctions, de titres et de l’ambition personnelle.

Dans ces conditions, c’est aux électeurs de faire eux aussi leur travail : les électeurs ont a les élus qu’on mérite. Si demain des incapables sont élus, ceux qui les ont élus sont également responsables. Si demain des élus nous conduisent à la catastrophe, les responsables en seront les électeurs qui ont voté pour eux.

Aussi, tant qu’il en est temps, chers amis lecteurs de ce blog, prenez VOTRE liberté en main, prenez vos responsabilités, n’allez pas chercher la réponse chez je ne sais quel(le) élu(e) qui passe à la télé : écoutez-les, réfléchissez, commentez ce blog, débattez, rejoignez-nous peut-être et décidez de ce qui vous convient.

Ici, personne ne décide plus pour nous.

Michel Sauvade

Ni plus, ni moins…

 

4 réponses à “Moi je voterai Macron dimanche prochain, mais ce qui compte, ce n’est pas cela, c’est ce que VOUS, vous allez voter : c’est votre liberté et votre responsabilité.

  1. Ma conception de citoyen responsable n’est pas celle de Michel Sauvade, ou va t’il ??? je n’arrive plus à suivre ses positions électoralistes, … cela ressemble de plus en plus à du Mélenchon.

  2. Je ne vois pas en quoi la démarche de « citoyen responsable » de Michel est opaque. Je suis totalement d’accord avec lui : les consignes de votes sont des appels dépassés d’élus qui croient que le vote de leurs électeurs leur appartient. Qu’un homme politique dise pour qui il va voter, c’est une chose. Qu’il enjoigne ses électeurs à voter la même chose que lui en est une autre. Nous sommes de citoyens responsables justement, et nous n’avons pas besoin qu’on nous dise ce qu’on doit faire dans l’isoloir. Surtout actuellement où malheureusement, comme le disait G. Paturaud dans un autre fil de commentaire, le choix, se fera forcément par défaut et non par adhésion (pour près des 2/3 des Français qui utiliseront le bulletin Macron), voire ne se fera pas.
    Personnellement, j’étais dans la rue pour les manifestations contre la loi Macron-El Kohmri, et j’ai vu comment le gouvernement a traité les gens qui étaient contre, comment leurs arguments ont été balayés non pas par le débat, mais pas la stigmatisation : forcément, on était dans la rue, donc on était des coco / cégétistes, des sales rétrogrades, irresponsables, des forces contre le progrès, on aurait cru entendre la droite la plus réactionnaire ! On a vu aussi comment les voix discordantes au sein du PS et de la majorité ont été muselées à coup de 49-3. Pas de majorité au sein de la représentation nationale, une contestation très vive dans la rue, et le résultat ? Comme si rien ne s’était passé… Il n’y a pas de raison pour que l’autoritarisme ultra-libéral se comporte mieux que l’autoritarisme conservateur quand les électeurs descendront dans la rue pour rappeler que leur vote du 7 mai n’était pas un blanc seing.

    Alors dans cette élection peu banale, les critiques à l’égard d’élus qui traitent leurs électeurs comme des citoyens majeurs en ne les envoyant pas voter pour un candidat qui n’est pour eux qu’un choix par défaut, les attaques virulentes à l’égard d’un Mélenchon sur son absence de consigne de vote, et la stigmatisation, au nom de la lutte contre un danger fasciste, des gens qui comme moi doutent et se demandent s’ils ne vont pas s’abstenir au second tour, tout ceci ne me paraît pas extrêmement démocratique, si c’est de démocratie dont il est question.

    • J’ai la conviction en effet que les Françaises et les Français ne supportent plus qu’on leur dise ce qui est bon pour eux en leur expliquant de surcroît qu’il n’y a pas le choix. Ce qui fait que les élus aujourd’hui doivent de plus en plus être des libérateurs de l’énergie de chacun pour un projet commun. Et ceci s’applique quelle que soit la tendance politique, car je ne crois pas à la disparition des lignes de division traditionnelles de la société française.

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s