Galerie

Ce n’est pas propre au Puy de Dôme : Premiers arbitrages sur la prochaine carte scolaire, la tension monte.


classe5Avec 4 postes et demi sur le secteur, le projet de carte scolaire 2018-2019 a réussi à faire monter aux créneaux les parents d’élèves de Job, Marsac en Livradois et Saint-Anthème. https://ambert2015.net/2018/01/30/4-suppressions-de-postes-denseignants-dans-le-canton-dambert-dans-le-primaire-ce-nest-pas-un-peu-beaucoup-des-fois/

Originalité dans leur légitime combat : ils se rassemblent et jouent collectivement la défense de leur école communale mais aussi de l’ensemble du Livradois-Forez. Et l’engagement des uns et des autres mérite un profond respect.

Les arguments qu’ils mettent en avant trouvent leur confirmation dans l’article suivant issue de l’Association des Maires de France.

source : http://www.maire-info.com/article.asp?param=21555&PARAM2=PLUS&nl=1

Premiers arbitrages sur la prochaine carte scolaire : la tension monte

« Beaucoup de conseils départementaux de l’Éducation nationale vont se réunir cette semaine et la suivante pour statuer sur la carte scolaire de la rentrée 2018, autrement dit décider des ouvertures et fermetures de classe. Les syndicats montent au créneau pour regretter des incidences des dédoublements de classes de CP et CE1 dans l’éducation prioritaire. Celles-ci se feraient notamment au détriment des écoles rurales. En bénéficiant de moins de postes, les écoles rurales pâtiraient de fermetures de classes ou du relèvement de seuils à 31/32 élèves.
Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, conteste ces affirmations. Il considère que le gouvernement a « désigné l’école primaire comme une priorité et (…) nous y avons créé 3 000 postes, et cela en dépit d’une baisse démographique ». Le gouvernement défend aussi sa « politique volontariste pour les départements ruraux » qui « se traduit, en ce moment même, par le maintien de classes qui auraient été supprimées en temps normal ». Pour le ministre, « on pourra toujours citer une classe ou une école qui ferme, ce fut le cas sous toutes les majorités. C’est cela que j’appelle la démagogie ».
Hier, le syndicat d’enseignants le SNUIPP a maintenu que le nombre de postes créés – 3 880 dans le primaire selon le syndicat – est insuffisant. Conséquence, « pour équilibrer leurs dotations, les DASEN sont conduites à fermer beaucoup de classes, particulièrement en maternelle et dans le rural », réaffirme le syndicat. Sur le terrain, la grogne monte effectivement. Des mouvements de grève sont annoncés ici et là. Le SNUIPP a commencé à faire, fin janvier, un tour des régions et recenser ces pertes de postes dont seraient victimes les écoles rurales.
Pour l’AMF, le sujet devient effectivement d’actualité. L’association a été plus directement alertée par plusieurs communes des Hauts-de-Seine. Ce qui indiquerait, qu’a priori, cette situation ne concerne pas que les territoires ruraux mais également des écoles aux franges des réseaux d’éducation prioritaire. »
tout est dit et nos hypothèses se confirment : le gouvernement tient ses promesses en puisant dans la poche du voisin en douce. Enfin, pas si en douce que cela désormais…

Une réponse à “Ce n’est pas propre au Puy de Dôme : Premiers arbitrages sur la prochaine carte scolaire, la tension monte.

Donnez votre avis :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s