Archives de Catégorie: vie politique

Je trie, tu tries… alors jouons du 28 novembre au 17 décembre.

Brûlage des déchets verts…

Marsac ça bouge !

Nous transmettons puisque c’est la loi…

Que pensez-vous de cette situation ? Votre avis compte :



Voir l’article original

L’Education nationale laisse les lycées ouverts mais interdit les conseils d’école… en visioconférence ! Nous, on rigole…

Décidément on n’est pas prêt d’établir des relations de confiance avec l’Education nationale dans le secteur… après les fermetures de classe durant le confinement (https://ambertaucentre.org/2020/04/16/front-commun-contre-la-fermeture-de-classe-a-ambert-a-la-rentree-prochaine/) le « Mammouth » vient d’accoucher d’une décision pour le moins étonnante.

Effectivement, renseignement pris auprès de l’IEN d’Ambert, il s’avère qu’il n’est pas possible d’organiser des conseils d’école en présentiel durant le confinement… Logique nous dit-on il faut éviter de se rencontrer. Moi qui était persuadé que les écoles étaient ouvertes…

Bon, pas grave, on organise cela en visio-conférence ? Non plus, « il faut procéder à un vote sur le règlement intérieur au premier conseil d’école de l’année, c’est impossible de le faire à distance. » ; punaise, heureusement que dans les mairies ont est plus efficace, question réunions de conseil municipaux…

Par contre, et c’est là qu’on commence à mal le vivre, il n’existe aucun document, courrier ou circulaire, même pas un petit mail pour décider de cela…Un peu comme si la décision était tombée du ciel. Il est vrai que le procédé fonctionne parfois…

Afficher l’image source
source : https://www.jurapastoral.ch/Htdocs/Images/Pictures/45389.JPG?puid=2245a3fb-f4ad-4c14-bda3-f820a3d28c39

Nous qui sommes persuadés à Ambert au centre que le dialogue – même difficile dans le contexte – est indispensable nous en sommes réduits à émettre des hypothèses.

  • Nous ne croyons pas une seconde que ce type de décision, qui relève nécessairement de l’Inspecteur d’Académie a minima puisse être prise sans le moindre document de transmission.
  • Dans ces conditions pourquoi le cacher ? Sauf à imaginer que la raison soit bien différente du prétexte maladroitement avancé : pour quelle raison faut-il interdire que des conseils d’école puissent se tenir ? On y rassemble l’équipe éducative, les représentants de parents d’élèves et les élus : quel sujet pourrait susciter l’agitation dans cette instance ? Mystère.
  • Sauf à imaginer que l’Education nationale craigne d’être mise en cause officiellement par les élus et/ou les parents d’élèves : conditions de rentrée, protocole sanitaire, questions autour du port du masque… Nous, franchement, on ne voit pas vraiment dans le secteur de sources de disputes.

Tout comme avec l’ARS, le refus de communiquer est toujours la pire des méthodes. Comme avec l’ARS nous allons creuser le dossier. Comme avec l’ARS nous trouverons les informations que nous cherchons. Nous solliciterons les associations de parents d’élèves et les syndicats enseignants et les élus locaux.

Alors, on se met autour de la table et on discute ou on continue comme cela ? Le pire c’est d’avoir le sentiment d’être pris pour des lapins de 6 semaines… ça fini par agacer..

Résultat d’images pour lapins de 6 semaines
Image

Commémoration du 11 novembre ; un contexte difficile, un hommage émouvant, particulièrement pour les nouveaux élus.

Les conseillers départementaux ont commémoré l’armistice de 1918 dans les communes du canton.

Valérie PRUNIER / Claire RICHARD, Michel SAUVADE / Daniel BARRIER, vos conseillers départementaux pour vivre et travailler ici

Si la plupart des commémorations se sont déroulées en très petit comité, l’hommage a été rendu cependant, non seulement pour les « poilus » mais aussi pour les combattants de toutes les guerres en ce mercredi 11 novembre 2020 et dans les jours à venir.

Nous avons, pour notre part, été invités à Ambert (où Valérie PRUNIER a représenté le Président du Conseil départemental), à Arlanc à Valcivières et Viverols et Marsac en Livradois. Les 4 premières cérémonies se déroulant au même moment, nous n’avons pas pu honorer l’invitation de Valcivières, malheureusement.

Dans tout le Livradois-Forez la cérémonie rassemble d’habitude beaucoup, car la liste des morts pour la France est longue sur chacun de nos monuments aux morts : nos anciens ont donné beaucoup durant la Première Guerre mondiale.

Les nouveaux élus étaient naturellement très émus : qu’ils se rassurent, ils ont été à la hauteur de la mission.

L’hommage porte sur…

Voir l’article original 25 mots de plus

Vidéo

En ligne : restaurant le M et caffé noisette

Nous avons évoqué la semaine dernière le devenir du site http;//acheterenlivradois.fr https://ambertaucentre.org/2020/11/02/defendre-le-commerce-local-plateforme-achetez-en-livradois-forez-https-www-achetezenlivradoisforez-fr/ en insistant sur l’enjeu de faire travailler l’économie locale en générale et le commerce plus particulièrement ici.

Nous souhaitons apporter notre contribution à travers la mise en valeur des commerçants Place au restaurant le M pour commencer, mais vous êtes tous bienvenus sur ces pages !

Cérémonies du 11-Novembre : « format très restreint » et public interdit

source : https://www.maire-info.com/coronavirus/ceremonies-du-11-novembre–format-tres-restreint-public-interdit-article-24685

« Bien des maires se demandaient, ces derniers jours, ce qu’il convenait de faire pour les cérémonies du 11 novembre, en plein confinement. La réponse est venue hier, par un communiqué du ministère des Armées. 
Il n’est évidemment pas question d’organiser les cérémonies dans les conditions habituelles : toutes les cérémonies, que ce soit au niveau national ou local, se dérouleront sans public. Se pose également la question de la présence d’anciens combattants, forcément très âgés donc particulièrement fragiles au regard de l’épidémie.
Il reste toutefois possible, dans les communes, de commémorer la journée de « la victoire et de la paix » et « l’hommage à tous les morts pour la France ». 
Les règles sont simples : les maires « peuvent » – rien d’obligatoire donc – organiser un dépôt de gerbe au monument aux morts, « dans un format très restreint et en respectant strictement les mesures de distanciation ». « Cette cérémonie ne sera pas ouverte au public », insiste le ministère.
À titre d’exemple, on peut citer les préconisations du préfet de l’Essonne, qui a suggéré aux maires de s’inspirer des mesures mises en œuvre lors de la célébration du 8 mai dernier : les associations d’anciens combattants n’avaient pas été conviées afin de « protéger » leurs membres. La présence de porte-drapeaux était limitée à « un ou deux maximum », de préférence « jeunes ». Mais « leur présence n’est pas obligatoire », rappelle le préfet. Enfin, les bâtiments publics doivent être pavoisés, mais « sous réserve que les agents affectés à cette tâche puissent être mobilisés ». 

SCOT Livradois-Forez : pour savoir à quelle sauce vous allez être mangé…

Le Schéma de Cohérence Territoriale du Livradois-Forez a été approuvé en janvier 2020 par la commission ad’hoc du Parc Naturel Régional Livradois-Forez malgré les expressions contraires qui se sont exprimées – dont celle du Département du Puy de Dôme ! – : on n’accepte pas de gaieté de coeur de voir mettre en danger notre capacité à continuer de vivre et de travailler ici.

Nous en reparlerons lorsque le SCOT dictera les règles du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal qui devra être élaboré bientôt et qu’il faudra expliquer à ceux qui veulent s’installer ici qu’ils ne le pourront pas.

Le commissaire a d’ailleurs émis également un avis défavorable sur lequel les élus de la formation SCOT se sont assis ; pourtant la critique était lourde (https://cloud.parc-livradois-forez.org/index.php/s/z6ZZHCtngZSBQxq?path=%2F2019_10_10_Rapport_commission_enquete#pdfviewer)

La conclusion était sans appel :

Conclusion terrible pour la formation présidé par Yves FOURNET-FAYARD : « Le projet ne semble pas réellement approprié par les élus du territoire, et paraît surtout porté par la formation SCoT du Syndicat Mixte du Parc Naturel, dans un nouveau contexte intercommunal, dont la mise en place ne paraît pas encore stabilisée«  ; ou encore « Le projet devrait générer des problèmes de mise en compatibilité des PLU, qui ne semblent pas avoir été réellement identifiés par les communes concernées« …

pour l’anecdote 80 logements nouveaux pour la totalité de la commune Ambert-Livradois-Forez, ça ne va pas faire gras…

Vous pouvez retrouver la présentation et les documents du SCOT sur : https://www.parc-livradois-forez.org/parc-naturel-regional/le-syndicat-mixte/scot-livradois-forez/

Quoi qu’il en soit il est désormais adopté. Afin de vous faire une idée des conséquences pour vos propriétés il est possible de se rendre sur le site : https://www.geoportail-urbanisme.gouv.fr/map/?document=323e444c43c0a27705affe2100fc66c3#tile=1&lon=3.682588163020709&lat=45.55288076054268&zoom=10&mlon=3.727896&mlat=45.536408

En choisissant la parcelle qui vous intéresse vous saurez quelles contraintes s’y appliquent déjà et en lisant les documents du SCOT vous saurez ce qui s’y ajoutera. Bon travail !… tout est fait pour vous simplifier la vie…. ou presque…

Canton d’Ambert : entre 49 et 98 personnes testées positives entre le 23 et le 29 octobre 2020.

Valérie PRUNIER / Claire RICHARD, Michel SAUVADE / Daniel BARRIER, vos conseillers départementaux pour vivre et travailler ici

Le but étant manifestement de donner le moins d’informations précises localement nous en sommes réduits à travailler sur le sites de Santé publique France qui communique le taux d’incidence semaine glissante :

source : https://geodes.santepubliquefrance.fr/

Description : Les indicateurs de surveillance virologique sont issus du système d’information de dépistage (SI-DEP), dont l’objectif est de remonter les données de tests (RT-PCR) réalisés par l’ensemble des laboratoires de ville et établissements hospitaliers concernant le SARS-COV2.
Le taux d’incidence sur 7 jours glissants correspond, au jour J, au nombre total de personnes testées positives dans l’intervalle de temps [J-9; J-3], divisé par le nombre d’habitants.
Les taux exacts ne sont pas affichés afin d’éviter l’identification des personnes testées, notamment celles qui ont un test positif.

Précisions : Le taux d’incidence est calculé un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours prédemment car pour les jours plus récents (J, J-1, J-2)…

Voir l’article original 105 mots de plus

Décret n° 2020-1331 du 2 novembre 2020 modifiant le décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 : c’était inévitable… Faites relire vos décrets par des maires, ils sont irresponsables mais ils réfléchissent, eux…

Michel SAUVADE - chronique démocrate auvergnate

Je l’avais évoqué dans un précédent article : la nature même de l’article 37 du décret du 29 octobre rendait inextricable une solution réglementaire : https://sauvade.net/2020/10/31/covid19-un-decret-qui-rend-impossible-une-reponse-adaptee-pour-les-commerces-aux-enjeux-sanitaires-et-economiques/

C’est effectivement l’article 37 qui est modifié par le nouveau décret paru aujourd’hui au Journal officiel (https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042486870?datePubli=03%252F11%252F2020&nature=DECRET) :

La prochaine fois ça serait bien de faire relire les décrets par des maires : Ils sont irresponsables mais ils réfléchissent, eux.

Ca me rappelle l’histoire du conducteur qui perd une roue au bord du parc d’un asile parce qu’il a perdu 4 écrous d’une roue. Le gars est coincé, ne sait pas que faire :

un fou le regarde du haut du mur d’enceinte de l’asile et lui dit : « c’est facile, prenez un écrou sur chacune des 3 autres roues, mettez-les sur la quatrième et vous pourrez aller jusqu’au garage. »

Le chauffeur le regarde et lui dit :  » mais dites-moi, vous…

Voir l’article original 45 mots de plus

« Urgence attentat » : ce que signifie le passage du plan Vigipirate au niveau maximum

source : https://www.maire-info.com/terrorisme/-urgence-attentat–ce-que-signifie-passage-du-plan-vigipirate-au-niveau-maximum-article-24671

Cela n’était plus arrivé depuis le 11 décembre 2018, jour de l’attentat sur le marché de Noël de Strasbourg (Bas-Rhin), faisant cinq morts et 11 blessés. Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé, jeudi 29 octobre dans la foulée de l’attentat, causant la mort de trois personnes au sein de la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice (Alpes-Maritimes), avoir porté le plan Vigipirate au niveau « Urgence attentat » (lire Maire info du 30 octobre). Il s’agit du troisième niveau mais aussi le plus élevé de ce plan.
Créé en décembre 2016 sous François Hollande, ce troisième niveau d’alerte, explique un document du gouvernement, « peut être mis en place à la suite immédiate d’un attentat ou si un groupe terroriste identifié et non localisé entre en action. Ce niveau est mis en place pour une durée limitée : le temps de la gestion de crise. Il permet notamment d’assurer la mobilisation exceptionnelle de moyens, mais aussi de diffuser des informations susceptibles de protéger les citoyens dans une situation de crise ». 

Des établissements scolaires « particulièrement protégés »
Il associe l’État, les collectivités, les entreprises et les citoyens à une démarche de vigilance, de prévention et de protection contre le risque terroriste. C’est ainsi, que vendredi, le préfet de l’Essonne s’est adressé, par courrier, aux maires du département pour leur demander de « s’assurer de l’efficacité des dispositifs de sûreté mis en œuvre au niveau local, de la mobilisation de vos polices municipales et de vos dispositifs de vidéoprotection ». 
À l’issue du Conseil de défense de vendredi, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a assuré, en effet, que les établissements scolaires « seront particulièrement protégés » ce lundi, journée de rentrée des vacances de la Toussaint mais aussi de l’hommage à Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, victime d’un attentat terroriste le 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), pour avoir diffusé à ses élèves des caricatures publiées dans Charlie Hebdo
La sécurité sera également renforcée aux abords des lieux de culte de différentes confessions et des cimetières et à proximité des établissements de santé et des services publics. Le nombre de soldats de l’opération Sentinelle patrouillant dans les rues passera, quant à lui, de 3 000 à 7 000. Dès aujourd’hui, 3 500 policiers et gendarmes mobiles ainsi que 3 500 gendarmes réservistes seront mis à la disposition des préfets dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et 120 policiers supplémentaires seront envoyés à Nice. Invité du 20 Heures de TF1 hier soir, Jean Castex a, par ailleurs, annoncé le renforcement des contrôles aux frontières. « Jamais un gouvernement n’avait renforcé autant les effectifs au renseignement », a-t-il souligné de surcroît. Grâce à cette mesure, « près d’un attentat par mois est déjoué ». 

« Les bons réflexes » 
On l’a dit, le niveau « urgence attentat » implique la contribution des maires et des présidents d’intercommunalité. A leur attention, l’AMF, le service d’information du gouvernement (SIG) et le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) avaient élaboré, en mai 2016, un guide pratique pour « préparer leurs établissements et le personnel à réagir au mieux avant l’arrivée des forces de sécurité et durant leur intervention ». Des recommandations, susceptibles de renforcer la protection des installations et des bâtiments municipaux et intercommunaux et celle des rassemblements de personnes, y sont également délivrées. 
Parmi les actions à envisager : « Renforcer la surveillance de la voie publique et des abords des bâtiments municipaux et intercommunaux en liaison, le cas échéant, avec les agents de police municipale, les gardes champêtres et les agents de sécurité privée (abords immédiats uniquement) » ; « partager les plans des bâtiments municipaux et intercommunaux avec le service de police ou l’unité de gendarmerie territorialement compétent(e) » ou « organiser la vigilance pendant le temps scolaire et le temps périscolaire dans le 1er degré et identifier les éventuels travaux de sécurisation à effectuer ».

« Développer sa vigilance »
Le guide invite, par ailleurs, les maires et les présidents d’intercommunalité à « s’organiser en interne » en désignant un « correspondant privilégié », en recensant tous les lieux ou bâtiments communaux et intercommunaux et à sensibiliser les équipes qui y travaillent (« reconnaissances exploratoires », mises en situation, formation au système d’alerte spécifique…). Il convient, enfin, de « développer sa vigilance », notamment celle des agents, « afin de détecter et signaler les comportements suspects (changement de comportement d’un usager du service public) et les situations inhabituelles » à l’instar des « attitudes laissant supposer un repérage », la présence d’un « véhicule stationné à proximité du bâtiment sur un emplacement inapproprié », celle de « sous-traitants, livreurs intervenant en dehors des lieux et des horaires habituels » ou d’un « sac abandonné ou un colis suspect ».

Ludovic Galtier

Télécharger le guide.